NPA 86

Rassemblement pour l’Education à Poitiers le 16 février 2011 (quelques photos)

mercredi 16 février 2011 par redac-npa86









Ça y est ! A force de supprimer des postes, à force de cracher sur les fonctionnaires, comme l’ont fait tous les gouvernements depuis bien des années : « le mammouth est dégraissé » ! C’est Claude Allègre, ministre de la gauche plurielle « sauce Jospin », qui doit être content. Mais la population, comme les salariés des Services publics, voient l’arnaque. Le Service n’est plus, ou est mal assuré. Les mouvements de grogne des salariés unis avec les usagers le montrent, à l’hôpital, à la Justice ou encore à l’Éducation nationale.

JPEG - 124.6 ko

A l’Éducation nationale le projet de l’Europe libérale c’est celui d’une École minimale pour la majorité (le socle commun jusqu’à 16 ans) puis d’une école de la formation en fonction des besoins de la finance pour quelques éléments biens sélectionnés.

De cette École là, on n’en veut pas. Nous revendiquons d’abord une École qualifiante mais en fait, bien plus que ça encore. Nous voulons une École où chaque jeune acquiert la culture commune qui fonde le vivre-ensemble d’une société. Nous revendiquons une École qui émancipe chaque individu de toutes les tutelles pesantes, qu’elles viennent du milieu familial, politique, culturel ou social.

JPEG - 121.3 ko

Le mouvement sur les retraites a vu s’allier les salariés du public et ceux du privé. Celui sur la défense des Services Publics doit voir se conjuguer les revendications des salariés du secteur public et celles des usagers. Ce qu’il a manqué au mouvement sur les retraites ce fut le doute d’une partie de la population (celle qui n’est pas descendue dans la rue mais y était favorable dans les sondages) sur la possibilité d’une issue positive à ce mouvement. Il a manqué aussi la volonté des majorités syndicales et politiques d’aller à l’affrontement avec le pouvoir de droite, et ainsi de remettre en cause sa légitimité jusqu’au bout.

Non, Sarkozy, l’ami des milliardaires et des dictateurs, n’a pas de légitimité, même électorale, pour verser des milliards aux actionnaires des banques qui maintenant s’enrichissent sur le remboursement de la dette de l’État, qui même, spéculent de plus belle créant ainsi une nouvelle bulle financière...

JPEG - 136.8 ko

Non, nous ne sommes pas condamnés à voir les immensément riches s’enrichir toujours plus au détriment de l’immense majorité de la population à qui on demande de travailler plus dur, plus longtemps, en étant payé moins cher et à qui on n’offre que des services payants à la place des Services Publics.

Non, nous ne sommes pas condamnés à voir tout tourner autour de l’élection présidentielle de 2012 où, sous couvert de réalisme, on serait obligé de choisir un futur gouvernement d’alternance dominé par le PS. Sur le terrain de l’Éducation, le programme du PS existe déjà. Il ne diffère en rien de celui de l’UMP. Et quand on voit ce que font actuellement les gouvernement de « gauche » dans l’État espagnol, au Portugal ou en Grèce...

JPEG - 128 ko

Ce qui se passe en Tunisie, en Égypte ne peut se calquer sur la situation française. Par contre, la force du peuple nous est rappelée et peut nous donner de bonnes idées. Nos aînés ont fait une révolution en 1789 qui a ébranlé le monde. Les grèves et occupations de 1936 ont précédé les échéances électorales.

Qu’attendons nous ?

NPA86 16 février 2011

Cliquez sur une photo ci-dessous puis sur "diaporama"


Portfolio

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 306791

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ils, Elles sont en lutte  Suivre la vie du site Pour le service public   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 10