NPA 86

Mariage pour tous : oui, mais après ?

mardi 18 décembre 2012 par redac-npa86

Texte autour de la question du Mariage pour toutes et tous.

Il est vrai aujourd’hui que nous nous mobilisons tous à gauche, à juste titre, pour défendre la possibilité de se marier à tous les couples. La revendication du mariage pour tous est en fait une revendication pour l’égalité des droits. Une revendication qui, au même titre que celle pour le droit de vote des étrangers, vise à faire en sorte que la population ne soit pas divisée en différents groupes avec des droits inégaux et que certaines catégories de la population ne soient pas discriminées à cause de leurs origines ou de leur orientation sexuelle.

Comme le rappelle le tract unitaire pour la manifestation du 12 Janvier à Poitiers, l’accession au Mariage n’est pas suffisante. Il faut aussi défendre l’adoption pour les couples de même sexe ou encore la possibilité d’avoir recours à la Procréation Médicalement Assistée (PMA).

Mais dans le fond, ne soyons pas dogmatiques, nous pouvons affirmer que nous défendons le droit au mariage pour tous en disant, dans un même temps, que nous ne défendons pas l’institution du mariage, cadre conservateur censé reproduire les préjugés sociaux. Cette institution qui a aussi pour but de figer la société, puisque la famille traditionnelle est basée sur la logique patriarcale. Défendre le mariage pour tous, ne doit pas nous faire perdre l’idée de détruire cette institution et cette société rétrogrades.

La famille que nous défendons ne pourrait-elle pas être faite de trois hommes, ou de deux femmes et deux hommes ou encore d’un seul parent ? Pourquoi se cantonner au duo ? Plusieurs personnes ne peuvent-elles pas s’aimer ? C’est en cela que nous devons, à partir de l’égalité des droits et du mariage pour tous, continuer à défendre l’idée d’une autre société qui permettrait l’épanouissement de chacun jusque dans la sphère privée. C’est la juste interrogation de Jacques Fortin dans le titre de son dernier ouvrage, « L’homosexualité est-elle soluble dans le conformisme ? ». En effet, il ne faut pas prendre la lutte LGBTI à la légère dans la constitution d’une large lutte anticapitaliste, puisque l’un des piliers du capitalisme est la division du prolétariat. Il se sert pour cela du patriarcat (exploitation de la femme, société hétéronormée...) qu’il est grand temps de mettre à terre. Mais au-delà, même, imaginons un autre monde, anticapitaliste, juste économiquement, mais véhiculant toujours des préjugés découlant du patriarcat. Est-ce cela que nous souhaitons ? Souhaitons-nous toujours que l’homosexualité fasse sourire, ou que les couples à trois soient vus comme marginaux ? Certainement pas.

Alors, il nous faut défendre le mariage pour toutes et tous, mais plus largement, il nous faut changer les consciences afin de parvenir à l’élaboration d’une autre société, sociale, libertaire, capable de permettre à chacun de vivre convenablement mais aussi de s’épanouir dans la plus grande liberté tout en respectant et en étant respecté de tous.

Alexandre R.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 305820

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos publications  Suivre la vie du site Documents   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 327