NPA 86

Ecosocialisme ou barbarie ?

dimanche 27 janvier 2013 par redac-npa86

Texte d’Alexandre Raguet, en trois parties écrites de manières simples pour mieux comprendre l’ecosocialisme et ses enjeux.

Introduction :

Les questions écologiques et sociales sont éminemment présentes dans notre société. Les crises qui s’abattent sur nous aujourd’hui, qu’elles soient sociales, économiques, écologiques, climatiques ou environnementales, doivent faire l’objet d’une réflexion approfondie afin d’apporter des solutions pour la résolution de ces crises, tout en permettant à l’humanité d’améliorer son sort. Améliorer le sort de l’humanité nécessite de se placer du côté du plus grand nombre, des 99% comme le disent les Indignés aujourd’hui. Pourquoi nous placer de manière nécessaire du côté du plus grand nombre ? Parce que l’un des constats que l’on peut faire, c’est que les crises que nous vivons sont l’œuvre de la minorité qui domine le monde. De là, comment faire confiance à ceux qui nous étouffent pour nous mettre soi-disant sur la bonne voie ? Quels aspects objectifs nous feraient croire, d’ailleurs, que la classe dirigeante pourrait changer ses manières de faire en termes d’écologie, d’économie et de social, alors que justement leur suprématie de classe se trouve dans l’exploitation, la concurrence et la marchandisation des ressources naturelles ?

Le constat semble évident : les crises sont telles qu’il faut y remédier radicalement en ne faisant confiance qu’en notre camp social. L’idée de mon analyse réside en ce que j’ai énuméré ci-dessus et en la manière de mettre en place une autre politique. Il s’agit de revenir sur les différentes crises et d’essayer de comprendre les causes de ces dernières. Quel est l’état de la crise écologique aujourd’hui (climatique, environnementale, alimentaire…), quels solutions sont possibles ? Peut-on mener une politique écologique sans la lier à la question sociale et démocratique, sans la lier à une critique du capitalisme libéralisé, de la mondialisation capitaliste ? Peut-on envisager une sortie des crises avec une politique protectionniste, chauvine, qui ne prenne pas en compte les dimensions internationales ? Comment comprendre l’emboitement entre socialisme, internationalisme, écologie, démocratie ?

J’ai fait le choix de découper mon texte en trois temps forts qui joueront les rôles de chapitres, eux-mêmes divisés en parties. Il m’était compliqué d’envisager une argumentation libre sans structuration alors que justement la cohérence de cette argumentation réside en l’entremêlement des différents éléments. Avant lecture il est primordial de comprendre que chaque chapitre ou sous-partie ne peut être déconnecté du reste de l’argumentation. C’est l’essence même de toute la démonstration qui en découle.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 258136

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos publications  Suivre la vie du site Documents   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 88