NPA 86

« Manif Pour Tous » : large rassemblement populaire ou danger réactionnaire ?

lundi 5 août 2013 par redac-npa86

Article du journal Prenons Parti n°3. (Mai 2013)

La loi pour l’ouverture au mariage et à l’adoption aux couples homosexuels va prochainement être promulguée, apportant à une partie de la population des droits qu’elle n’avait pas. Il s’agit donc, au-delà de l’avis que chacun peut avoir sur le mariage, d’une avancée significative. En revanche, la manière dont le gouvernement a fait passer cette loi est totalement discutable. Discutable en effet puisqu’elle ne prend pas en compte la PMA. Discutable aussi, parce qu’en laissant traîner ce sujet pendant des mois, le gouvernement a permis à la droite et l’extrême-droite d’être aux avants-postes. Cela est véritablement consternant, surtout que cette promesse faisait partie du programme sur lequel Hollande a été élu (il aurait donc pu passer cette loi rapidement).

Mais arrêtons-nous plus précisément sur cette offensive droitière. Au fond, qu’est-ce que la désormais célèbre « Manif’ pour Tous » ? Est-elle à l’image de ce que veulent bien nous le laisser entendre ces derniers : populaire, avec des familles entières de travailleurs, de gens du peuple, qui refusent simplement que soit détruite « l’institution familiale » comme on l’entend dans leur argumentaire ?

Pas vraiment. En fait, il s’agit assez évidemment d’un regroupement des « droites » rassemblées pour une cause « noble » derrière la voix et l’image de Frigide Barjot. Ces « droites » ne sont ni plus ni moins qu’un front qui va de l’UMP au Front National, en passant par les catholiques rétrogrades de Christine Boutin et les syndicats étudiants semis-fascistes comme l’UNI.

Notons aussi que la « Manif’ pour Tous » satellise d’autres groupes, complètement fasc-istes, comme le GUD, Civitas, les Jeunesses Nationalistes ou encore le Parti de la France. Ces derniers ne sont pas sans influence sur le reste de la « Manif’ » officielle. Déjà par leurs liens, parfois tendus, mais surtout crochus, avec le Front National. Mais leur influence est surtout idéologique. Ce sont eux qui par exemple véhiculent de fausses études sur les homosexuels. Sur le terrain, ils ne sont pas non-plus avares pour donner un coup de main quand il faut coller des affiches, ou pour tabasser les Femens, comme à leur première manifestation.

Ce qu’il faut comprendre, c’est l’esprit des anti-mariage-pour-tous. Ils ne sont pas seulement contre le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels, ils sont complètement homophobes. Toute leur stratégie vise aujourd’hui à amalgamer des « impopulaires » faits divers aux prétendus vices de l’homosexualité. Comme C. Boutin qui voyait un lien entre le mariage pour tous et l’affaire Cahuzac. De plus, tout en continuant d’être violents, avec des « ratonnades » d’homosexuels dans la rue, ils cherchent à emprunter un nouveau terrain, celui du social, en utilisant des slogans du type « On veut du boulot, pas le mariage homo ! ». Nous sommes tout droit confrontés ici à un élargissement du discours ayant pour but de décrédibiliser le pouvoir. Pourtant, leur « projet » de société à eux, il faut le rappeler (tout de même), offrirait sans doute du « boulot », mais plutôt semblable à de l’esclavagisme, et ce, sur fond d’interdits moraux et de restrictions des libertés collectives et individuelles.

C’est pour cela qu’il faut briser la prise de confiance qui les fait vibrer. Ces derniers sont dans une évolution croissante de leurs revendications. Nous sommes passés du retrait du projet de loi, au référendum, à la dissolution de l’Assemblée Nationale. Et que dire de Barjot qui parle de "sang" et de "guerre civile" ? Il s’agit-là d’attaques directes contre le pouvoir et plus simplement de gentilles familles défilant pour affirmer leur désaccord.

Il faut donc déconstruire cette fausse idée que peuvent se faire certains de la « Manif’ pour Tous ». Il faut expliquer qui ils sont et dans le même temps, en finir avec le discours culpabilisant qui dit qu’on ne peut pas faire de réformes de société pendant la crise. Mais la meilleure manière d’enrayer cette gangrène, c’est de savoir allier luttes larges et unitaires contre la réaction, tout en défendant une politique de rupture avec le capitalisme. Une politique de rupture pour un monde qui permettrait à la fois l’égalité des droits sociaux et sociétaux, ce qu’est incapable de faire le gouvernement socialiste englué dans sa gestion libérale de la crise.

Alexandre R.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 261885

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos publications  Suivre la vie du site Documents   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 326