NPA 86

10 bonnes raisons de rejoindre le NPA.

mardi 17 septembre 2013 par redac-npa86

1. Partage des richesses ?

L’actualité ne cesse de nous rabattre les oreilles avec les milliardaires et les millionnaires qui en ont marres de payer quelques millions d’€ d’impôts... c’est vrai, les pauvres, il ne leurs reste après que quelques milliards (des milliers de milliards en fait) à faire profiter dans les paradis fiscaux.

Dans le même temps, des gens vivent dans la rue ou dans leurs voitures. Dans les grandes villes, notamment à Paris, il ne suffit même plus d’avoir un travail pour avoir un logement : 1/3 des SDF parisiens ont une activité professionnelle. Pourtant, lorsque l’on voit le nombre de logements vides, nous savons qu’il est possible de loger tout le monde décemment.

En France, environ 7.000.000 de personnes gagnent moins de 1254€ par mois (définition européenne de la pauvreté) et c’est ce moment que choisissent les riches pour se plaindre. Autant dire qu’il est tant d’imposer un plus juste partage des richesses !

2. Internationalisme ?

Ce qui se passe en France se passe ailleurs. Partout où le capitalisme domine, l’exploitation et la misère l’accompagne : ils sont même intrinsèquement liés. Les pauvres n’ont pas de patries (pour paraphraser Marx). Ou alors ils n’en ont qu’une, la planète toute entière. Dans la lutte contre la pauvreté, pas de frontière donc. Le partage des richesses doit se faire entre toutes et tous, notamment entre les pays du Nord et les pays du Sud afin de garantir le libre-épanouissement de tous, la fraternité et la coopération internationale dans tous les domaines (nourriture, sports, culture, etc...).

Pour ce faire, il est impératif de soutenir l’auto-détermination de tous les peuples, comme les peuples palestiniens, tibétains, basques... ou encore les révolutionnaires de Syrie.

3. Antiracisme ?

Dans la même logique que le point précédent, nulle possibilité de fraternité avec du racisme. D’ailleurs, d’où découle le racisme puisqu’il n’y a pas de races différentes entre les hommes ? C’est ici qu’entre en jeu la phrase désormais célèbre « Diviser pour mieux régner. ». En effet, en nous divisant avec différents artifices (religion, couleur de peau, culture...) les puissants maintiennent l’état de chose social et économique. Pourtant, n’est-ce pas justement notre rapport au système économique qui nous unit tous et toutes ? C’est ce que nous croyons : deux ouvriers (un français et un allemand, mais aussi un algérien et un russe), ont plus en commun qu’un ouvrier français et son patron, français lui aussi.

4. Antifascisme ?

La mort de Clément Méric et la montée sans fin du Front National (et de ses idées) donnent de l’actualité à ce combat. L’invasion de la Mosquée de Poitiers par « Génération Identitaire » en Octobre 2012, les violences envers les LGBTI et les diverses menaces des militants d’extrême-droite envers les militants de gauche obligent particulièrement les poitevins à s’emparer de cette question. Nul doute que pour vaincre cette gangrène, il faut également vaincre le racisme, y compris à gauche, dans nos familles, nos classes, nos entreprises. Mais il faut aussi être capables de l’unité la plus large de la jeunesse et des travailleurs, sur des bases antiracistes et sociales.

5. Anti-OGM, pesticides et insecticides ?

La lutte écologique revête une importance cruciale pour notre génération. Si certains choix politiques ne sont pas fait rapidement, notre existence va directement être remise en cause.

Dans ce combat, les OGM, pesticides et insecticides sont extrêmement importants. Leur banalisation est un fléau pour l’éco-système tout entier, y compris pour l’homme. C’est pourquoi il faut défendre l’idée d’une agriculture paysanne et locale, biologique. Développer aussi les circuits-courts et les échanges directs entre paysans et consommateurs, afin de parvenir au prix les plus bas.

6. Anti-nucléaire ?

La planète est torturée depuis des décennies par différentes catastrophes nucléaires. Le Japon en particulier, après avoir reçu 2 bombes atomiques à la fin de la seconde guerre mondiale et plus récemment à Fukushima après un tsunami.

Ce sont des centaines de milliers de personnes qui sont atteintes par ce qui est arrivé à Fukushima. Par divers moyens, la radioactivité se propage (océans, vents, poissons...) et avec elle son lot de leucémies, cancers... etc

« Le nucléaire porte en lui la catastrophe comme la nuée porte l’orage. ». C’est pour cela qu’il faut en sortir au plus vite. Des mesures importantes sont alors à prendre, la principale : réduire considérablement les consommations d’énergies, notamment électrique.

7. Lutte contre le réchauffement climatique ?

Le réchauffement climatique est dramatique pour l’environnement. La montée des eaux (liée à la fonte des glaces) ne cesse de s’accroître. Des villes comme New York ou Londres pourraient se retrouver sous les eaux si rien ne change. Et pour le moment, rien ne change. L’extraction de pétrole continue de plus belle puisque se sont les marchés qui commandent et pas la raison collective. Du coup, chaque année de plus en plus de voitures circulent sur la planète. 35% (et 37% à Poitiers) des émissions de gaz à effet de serre sont directement liées aux transports. Il faut alors considérablement réduire les voitures et plus généralement la consommation d’énergies fossiles.

Parce que dans le même temps, la déforestation s’accroit alors que les arbres absorbent le CO2. Mais d’autres drames existent avec la déforestation, comme la dissémination de populations dans la forêt amazonienne.

C’est un cercle vicieux auquel il faut mettre fin ! En développant, partout, les transports en commun publics gratuits et aussi en interdisant la déforestation tout de suite.

8. Le féminisme ?

Aujourd’hui, en 2013, les femmes sont encore victimes de discriminations. Inégalités des salaires, volonté de remettre en cause le droit à l’avortement en fermant les centres IVG, sous-représentation publique (à l’Assemblée Nationale par exemple), non-légalisation de la PMA dans la loi relative au mariage et à l’adoption pour tous.

Pourtant, les femmes sont encore plus touchées que les hommes par la crise sociale et économique. Elles tombent plus facilement et restent plus longtemps au chômage car les entreprises privilégient les hommes aux femmes (car elles peuvent tomber enceintes, ce qui embête beaucoup les patrons), elles touchent des retraites de misère et des salaires inférieurs aux autres salariés.

Dans la rue, les établissements scolaires, les entreprises, les foyers... les femmes sont encore victimes de violences. Qu’elles soient sociales, verbales, morales, sexuelles, physiques, ces violences ne peuvent plus durer. Malgré ça, une femme meurt encore tous les 3 jours sous les coups de son conjoint. Dans la rue, les femmes se font insulter quand elles portent une jupe par exemple, par des hommes qui les considèrent comme de simples objets sexuels. Il faut en finir maintenant et imposer l’égalité réelle !

9. Une culture libre et militante ?

En effet, ce titre pour dire qu’aujourd’hui la culture officielle n’est pas exactement libre. Pourquoi ? Parce que les subventions impliquent une certaine réserve à l’égard de ceux qui subventionnent. C’est la même chose avec les journaux. Ces derniers sont détenus par des grands groupes qui n’ont aucun intérêt à ce que les journaux défendent des idées anticapitalistes (ce n’est qu’un exemple). L’ensemble des grands journaux et médias en général défendent alors l’idéologie dominante. Pourtant, des centaines de jeunes artistes talentueux cherchent à s’exprimer librement. Il faut leur en donner les moyens, en empêchant la vente de l’Ancien Théâtre de Poitiers et en en faisant un Pôle Arts & Cultures public, géré par les artistes eux-mêmes et ouverts à toutes et tous. Ces derniers pourraient alors enflammer et emmener de la poésie sur la place de la Mairie (qui en a bien besoin). Un moyen simple qui permettrait au centre-ville de bouger un peu, offrirait un accès gratuit à la population à des spectacles et permettrait aux artistes de se produire en public.

10. Envie de changer les choses ?

C’est la suite logique des choses, non ? Pas vraiment en fait, puisque peu de personnes s’investissent alors qu’elles partagent l’ensemble des points susnommés, ou seulement une partie. Pourtant, il est nécessaire de changer les choses ! Comment faire autrement ? Comment rester là à ne rien faire ? Il faut s’engager, il faut prendre parti pour une autre société, pour un autre monde.

Le socialisme du XXIème siècle, l’éco-socialisme, c’est possible ! Cela passe par la prise de conscience d’une personne, puis de deux, puis de toutes et tous. Nous sommes tous ce petit morceau indispensable d’un tout qui est à construire.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 306787

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos publications  Suivre la vie du site Documents   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 3