NPA 86

Brésil : Une trahison de plus du PT. "Le pétrole est aux travailleurs brésiliens !" 

vendredi 1er novembre 2013 par redac-npa86

Le NPA publie ce texte d’un camarade brésilien afin d’informer de ce qui se passe en ce moment même au Brésil. En revanche, il serait nécessaire d’approfondir cette analyse en apportant une plus forte emprunte écologique.

Dans la ville de Rio de Janeiro, il y avait le 21 Octobre la « vente aux enchères » de la plus grande réserve de pétrole brésilienne, car le gouvernement brésilien a donné cette réserve aux multinationales. Le consortium formé par Shell, Total, CNPC, CNOOC et la Petrobras aura le droit d’explorer et de produire du pétrole au « Campo de Libra » (pré-sel). Le gouvernement du PT a réussi, à dépasser, du moins à égaler, le gouvernement de droite de Fernando Henrique Cardoso (PSDB). Si la marque des gouvernements du PSDB a été la livraison du patrimoine public dans les mains du capital financier, avec la privatisation de Companhia Vale do Rio Doce (compagnie minière) et Telebras (télécommunications), le gouvernement Dilma (PT) sera marqué pour toujours par la livraison aux multinationales de la plus importante découverte de pétrole du pays.

On estime que cette nouvelle réserve de pétrole brésilienne contient entre 8 et 15 milliards de barils (en 60 ans d’histoire, la Petrobras a exploité 15 milliards de barils au Brésil). Cette réserve, qui est évalué à plus de 1 trillions d’euros, a été vendue pour un peu plus de 5 milliards d’euros à travers ce qu’on appelle le « bonus de signature ». La remise du gouvernement a généré des critiques jusqu’à celles de l’ancien président de la Petrobras, José Sergio Gabrielli.

Dans la pratique, le gouvernement brésilien a perdu un profit énorme. Mais quelle est la raison du gouvernement du PT d’adopter une mesure apparemment irrationnelle ? La raison c’est que le gouvernement opère sous la même logique que les gouvernements du PSDB : brûler des biens publics pour satisfaire les besoins du capital financier. Dans le cas de la pré-sel, l’objectif était simplement d’atteindre l’objectif d’excédent primaire de cette année, et les 15 milliards recueillies serviront à boucler cet objectif. Dans le même temps, la livraison du pétrole brésilien fait partie d’une série de privatisations que le PT effectue cette année : 7000 kilomètres de routes et 10.000 km de voies ferrées, plus la privatisation des aéroports et des ports.

En raison de nombreuses manifestations contre la privatisation de la réserve de pétrole du pré-sel, la présidente Dilma Rousseff a couru sur les plateaux de télévision pour parler aux brésiliens de la vente du pétrole. Pour tenter de justifier cette barbarie, la présidente a cherché à réaffirmer plusieurs mythes qui ont été propagés par le gouvernement sur ​​cette question :

  • Il n’est pas vrai que le pétrole reste sous le contrôle du Brésil ! Bien que la Petrobras fait partie du consortium qui a gagné la « vente aux enchères » du pré-sel, 60% de ce consortium est d’un capital étranger. Et, rappelons que le gouvernement a déjà vendu au capital étranger environ 44% de la Petrobras. Or le capital qui contrôle ces grandes compagnies pétrolières (par exemple, Shell et Total) sont tous sous le contrôle de deux grandes familles, une américaine (Rockefeller) et d’autres des pays européens (Rothschild), qui sont propriétaires de presque toutes les grandes compagnies pétrolières du monde, incluant les actions de la Petrobras.
  • Autre mythe, est qu’il était nécessaire de faire cette « vente aux enchères » parce qu’il existait des investissements suffisants pour l’exploitation immédiate du pré-sel. Le Brésil doit explorer immédiatement cette réserve ? Économiquement, il serait beaucoup plus bénéfique pour notre pays une exploitation peu à peu. Le Brésil n’a pas besoin de production à un fort rythme. Et il ne serait pas nécessaire d’avoir des investissements étrangers, parce que la Petrobras et le Brésil disposent de ressources pour l’exploration du pré-sel.
  • Un autre mythe : « Que la vente de la réserve va résoudre le problème des ressources à l’éducation et à la santé." C’est faux ! La présidente est venue dire à la télévision que le gouvernement va gagner 270 milliards de dollars de redevances entre 2020 et 2035. Mais, même si nous prenons au sérieux les valeurs annoncées par la présidente, il s’agirait de la somme accumulée en 2035. Ou un peu moins de 20 milliards de dollars par an. C’est beaucoup moins que nécessaire pour assurer la santé et l’éducation de qualité pour le peuple brésilien. Le Brésil a besoin d’au moins 450 milliards d’€ (sur la même période), seulement pour l’enseignement public ! Et oui cet objectif pourrait être atteint si tout le pétrole rester dans le pays.

La conclusion est que nous assistons à un crime contre le peuple brésilien. C’est la plus grande privatisation de ressources naturelles du peuple brésilien jamais réalisée, et cette « vente aux enchères » a été effectuée avec une forte répression de l’Armée brésilienne et de la Force Nationale de Sécurité. Et tout cela est fait par un gouvernement du PT. Il n’est pas surprenant, donc, que la révolte se soit emparée des travailleurs de la Petrobras (un secteur qui a toujours été très fidèle au PT) qui défendait une forte grève nationale contre la privatisation du pétrole brésilien, en affrontant une série de mesures répressives et la direction autoritaire de la Petrobras.

De plus, cette histoire nous prouve à quel point le gouvernement PT nie la question écologique. En effet, la nationalisation de la réserve pétrolière ne serait pas suffisante. Il faut également, et de manière urgente, défendre une politique de réduction massive de la consommation des énergies fossiles, en développant le ferroviaire et les transports en commun gratuits, qu’il est nécessaire de nationaliser eux aussi.

Augusto Nobre.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 306787

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos publications  Suivre la vie du site Documents   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 7