NPA 86

Connaissez-vous Chico Buarque ?

vendredi 14 février 2014 par redac-npa86

Prenons Parti n°6 janvier 2014

Francisco Buarque de Hollanda est plus connu sous le nom de Chico Buarque. Il représente ce que nous appelons au Brésil une "unanimité nationale" (une célibrité).

Considéré par beaucoup comme le plus grand artiste brésilien de tous les temps, il produit en quantité et qualité de la musique, du théâtre et de la littérature. Il a été élu récemment plus grand artiste de la musique brésilienne du XXe siècle.

Il est né à Rio de Janeiro en 1944 et a écrit son premier conte quand il avait 18 ans. Il devient célébre grâce à la chanson en 1966, quand il lance son premier album, Chico Buarque de Hollanda. A ce moment il gagne le Festival de Musique Populaire Brésilienne avec la chanson, "A banda", son premier grand tube. La base rythmique et l’inspiration de ses compositions est le samba (mot masculin en portugais), plus exactament le samba chanson. Il a commencé sa production de musique dans le contexte de la Bossa Nova (rythme brésilien qui mélange le samba avec des éléments harmoniques sophistiqués, et dont les plus grandes figures sont : Tom Jobim, João Gilberto, Nara Leão et Vinicius de Morais).

Chico Buarque est devenu célèbre pour ses chansons critiques sur la dictature militaire brésilienne, étant un des artistes les plus actifs dans la lutte pour la démocratisation du pays. Socialiste déclaré, il s’exile en Italie en 1969 en raison de la répression croissante qu’exerce le régime militaire, periode que l’on appellait les « années de plomb ». Il revient dès 1970.

Même quand il était en Italie il a produit des célèbres chansons, "Apesar de você" et "Cálice", interdit par la censure du régime militaire. Quand il est revenu d’exil il a adopté le pseudonyme Julinho de Adelaide, avec lequel il a composé entre autres "Acorda amor". C’était une façon d’essayer de contourner la censure, puisqu’il pouvait donner des interviews à des journaux avec ce pseudonyme. Une des plus intelligentes chansons de Chico Buarque est "Meu caro amigo”. Il s’agit d’une forme de lettre avec des informations sur la répression du régime, adressée à son ami et dramaturge Augusto Boal, qui vivait en exil. "Construction" est une autre chanson brillante qui dénonce les conditions sociales au Brésil.

Il a également marqué la musique brésilienne arrivant à écrire et composer comme et pour les femmes, parvenant à faire ressortir leurs sentiments. "Mulheres de Atenas", "Olhos nos olhos" et plusieurs autres, qui sont des bijoux par leur lyrisme féminin. Nous ne pouvons pas non-plus oublier de mentionner les chansons, "Com açuca e com afeto", écrite pour Nara Leão, « Atrás da porta », interprétée par Elis Regina, "Anos dourados", en partenariat avec Tom Jobim et "O meu amor", pour la pièce de théâtre "Ópera do malandro", chantée par Elba Ramalho et Marieta Severo. Une autre chanson mémorable est "Eu te amo", également en partenariat avec Tom Jobim. Chico est considéré comme un profond connaisseur de l’"âme" féminine.

Il a fait de nombreuses chansons en partenariat avec Tom Jobim, Edu Lobo et tant autres, mais a eu Francis Hime, un pianiste de musique classique, comme principal partenaire. Seul ou en partenariat, il a produit plus de 80 albums au cours de sa carrière, le dernier en 2012. Il a composé des chansons pour des films et des pièces de théâtre, venant même a travaillé comme acteur dans le film ‘Quando o carnaval chegar’ du réalisateur Cacá Diegues. Il a écrit des scénarios et des chansons pour des pièces de théâtre comme Morte e vida severina et Calabar. En 1978, Chico a gagné le Prix Molière du meilleur auteur, pour la pièce Ópera do malandro, avec textes et musiques écrites par lui. Chico est entré dans le champ de la littérature avec des oeuvres comme le roman Fazenda modelo en 1974, Estorvo en 1991 et lauréat de nombreux prix avec les romans Budapest et Leite derramado.

Bien que considéré comme brillant dans l’art de l’écriture et profond connaisseur de « l’âme féminine », Chico dit que ce qu’il sait faire le mieux, c’est jouer au football, sa grande passion. Lui-même se considère "meneur de jeu de la balle". Il a une équipe avec des amis qui s’appele Politheama, qui selon Chico, porte la réputation de « n’avoir jamais perdu un match » ! Eh bien...

Dans la politique brésilienne récente, il a fait campagne pour le PT (Parti des Travailleurs) à toutes les élections à la présidence, de Lula à Dilma Russef. Même s’il admet que le PT est un gouvernement qui renforce le capitalisme, qui n’est pas un gouvenement en direction du socialisme. Il a peur que la droite tradictionelle puisse revenir au pouvoir et pense qu’il doit combattre les préjugés des élites notamment grâce à l’image de Lula (un ancien travailleur et immigré du nord-est du Brésil). Ainsi, Chico continue à justifier son soutien à Lula et au PT. Mais, en 2012 il a montré des signes d’insatisfaction avec le PT, quand il est venu soutenir publiquement le candidat du Psol (Parti Socialisme et Liberté) à la mairie de la ville du Rio de Janeiro. Son positionnement pour les élections de 2014 est encore inconnue mais il est fort probable, une fois encore, qu’il apportera son soutien au PT, en particulier dans un 2ême tour contre la droite traditionnelle.

Pour terminer cette courte présentation de Chico Buarque, nous pouvons dire que son oeuvre et sa personnalité ont été forgé durant ces quarante-cinq dernières années brésiliennes très mouvementés. De plus, il n’est pas possible de séparer Chico Buarque de toute l’influence poétique, harmonique et mélodique dans la Musique Populaire Brésilienne (MPB). Il est sans nul doute l’artiste brésilien le plus influant, par son travail artistique et par son histoire politique.

Augusto NOBRE


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 283073

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos publications  Suivre la vie du site Documents   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 13