NPA 86

Dans la situation actuelle, trouver le chemin de la convergence. (Tribune libre de camarades du NPA).

mercredi 4 juin 2014 par redac-npa86

Les auteurs de ce texte sont membres du NPA. Nous souhaitons par cet appel faire avancer les débats qui secouent le monde politique aujourd’hui, et plus particulièrement la gauche anticapitaliste. Ce texte est volontairement public car nous considérons que les bilans et les analyses de la situation de chacune et chacun, doivent être connus et débattus par toutes et tous, au-delà des organisations respectives des différents protagonistes. Les débats internes à notre organisation viendront en leur temps même si, bien évidemment, ce texte et les positions que nous y défendons sont également destinés aux militants du NPA.

L’impression du moment est sans doute déformée par une subjectivité douloureuse. Mais la claque – prévisible – infligée par les résultats du Front National et de l’ensemble de la droite confondue, permettent au moins une chose : replonger chacune et chacun dans la vase collante du réel.

Les 25% réalisés par le FN aux européennes ne sont pas un « séisme » politique. Bien au contraire. Le FN progresse électoralement et idéologiquement à chaque scrutin électoral. La surprise n’en est donc pas une et le coup de massue avait été plusieurs fois précédé de claques derrières la tête, toutes plus fortes les unes que les autres.

Ceux qui minimisent le score du FN (en effet « seulement » 25% des personnes ayant été voter l’ont fait pour le FN) se trompent s’ils pensent, par leur analyse, qu’il ne faut pas avoir une politique spécifique vis-à-vis de ce parti qui représente, bien plus que les autres, un danger mortel pour les jeunes et les travailleurs.

Ce score réalisé avec 57% d’abstention confirme que l’électorat frontiste sait largement se mobiliser. De plus, qui nous dit que les 57% ne représentent pas une réserve de voix pour le FN ?

Autre point à souligner, c’est la force que va représenter ce parti à l’avenir. Avec 24 euro-députés (plus ses députés, ses maires, ses conseillers régionaux, municipaux et généraux) le FN se renforce de plus en plus financièrement et donc se transforme petit à petit en machine de guerre en route vers le pouvoir.

Par ailleurs, le Parti Socialiste au pouvoir s’écrase et sa chute, à l’instar du PASOK grec, ne nous émeut guère. Ce parti mérite de s’écraser.

L’UMP est elle aussi vautrée dans les affaires, avec Copé et ses amis de Bygmalion, et le retour de « l’intègre » fraudeur Alain Juppé flanqué de Jean-Pierre Raffarin et de François Fillon, le principal parti de droite français permet au FN de planer sur la réaction française.

L’UMP court derrière le FN, le PS derrière l’UMP… et pendant que le FN caracole en tête des sondages et des élections, la « gôche » au pouvoir vire les sans-papiers tout en dé-tricotant le droit du travail. Autrement dit, le PS prépare le terrain de la droite qui elle-même prépare le terrain du FN.

Malheureusement, la gauche radicale n’apparait pas comme une alternative possible pour les jeunes et les travailleurs de notre pays. Le Front de Gauche limite la casse mais s’effondre tout de même par rapport aux résultats obtenus à l’élection présidentielle (de 11% à 6,5%). Le NPA et Lutte Ouvrière disparaissent quasiment des écrans radars (avec moins de 2% réunis).

Nous pensons qu’il est désormais l’heure d’agir vers la convergence de toutes celles et ceux qui veulent une autre politique à gauche, une rupture avec la politique menée actuellement par le gouvernement, pour une alternative anticapitaliste.

Nous pensons qu’il faut, très concrètement, que le NPA, le PCF, le PG, Ensemble, Alternative Libertaire, Lutte Ouvrière, les écologistes qui refusent l’austérité et qui souhaitent s’opposer au gouvernement, le Mouvement des Objecteurs de Croissance, l’ensemble du mouvement pour une écologie radicale et les organisations libertaires, les organisations du mouvement sociale, les syndicats et associations ; dans la continuité de la marche « Maintenant, ça suffit ! » du 12 avril, organisent une journée nationale de manifestations dès la rentrée sociale, partout en France, appuyée sur des assemblées locales et unitaires, afin d’entamer la construction d’un front le plus fort et pluraliste possible, à la gauche du PS. Nous devons faire le choix de marcher, d’agir et de construire ensemble.

La construction de ce front social et politique doit être la première étape d’un véritable affrontement avec le gouvernement et le patronat, pour faire émerger une alternative sociale, écologiste, démocratique et résolument antifasciste.

Alexandre Raguet, Simon Duquerroir, Steven Martinez, membres du NPA.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 262315

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communiqués, évènements, actions  Suivre la vie du site Débats   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 111