NPA 86

Le théâtre est vivant parce que nous le voulons !

vendredi 10 juillet 2015 par redac-npa86

Par Jacques Arfeuillère

Ils ont cru sonné le glas de la salle en lui enlevant ses fauteuils : ils ont scellé notre détermination à construire le Théâtre Ouvert de Poitiers dans le Théâtre Historique de Poitiers !

La façade, ce matin-là, arborait comme chaque jour, son air maussade de théâtre fermé, ses vitres occultées cachant au regard des passants les trésors intérieurs des volumes de Lardillier, des décors de la glace de Pansart. Le théâtre historique de Poitiers, comme chaque jour, offrait au regard amical et complice de tous les poitevins qui le soutiennent, cette présence engourdie mais réelle de ceux qu’on n’oublie pas, qui sont nos familiers et sur lesquels on sait qu’on peut compter.

Derrière les vitres, pourtant, en ce matin d’été, on semblait s’activer et, qui tournait à droite en direction du Plat d’Etain, découvrait en coulisses que se tramait, dans l’ombre, ce qui aurait pu être le premier acte du sacrifice de ce lieu de culture populaire sur l’autel du credo consumériste : on démontait là les premiers fauteuils de la salle pour faire place à l’étude permettant d’y construire les piliers soutenant commerces et logements de luxe prévus par le promoteur avide de profits immédiats. Une benne accueillait déjà les premiers, les dévisseuses rivalisaient de vitesse pour fournir les suivants.

Les membres du collectif mobilisés à la hâte au chevet du blessé ont pu, ce matin- là, par leur présence, obtenir que les fauteuils restent dans la salle. Mais ils ont surtout trouvé là, dans la blessure ouverte au cœur même du théâtre historique du Poitiers, l’occasion de lever leurs derniers doutes. Ce théâtre sera sauvé ; il ne doit pas céder son avenir de salle de spectacle à ceux qui ne savent pas voir plus loin qu’un nouvel immeuble commercial, à ceux qui se contentent de l’alibi culturel d’une petite salle d’exposition loin de répondre aux besoins des arts visuels à Poitiers.

Dans la hâte de l’équipe municipale qui ne veut pas attendre que la justice soit passée pour mette en œuvre ses projets, dans son mépris des intérêts patrimoniaux de la ville ou sa légèreté (elle envisage des carottages alors qu’on ne sait pas les conséquences d’une telle intervention sur le verre églomisé de Pansart), les membres du collectif ont trouvé, s’il en était encore besoin, le plus solide ciment de leur détermination.

Au moindre signe du début des travaux, ils introduiront une procédure en référé pour que rien d’irrémédiable ne soit accompli qui ne permettrait de revenir en arrière une fois que la justice aura arbitré et se sera prononcée pour que la vente soit annulée et la permis de construire, retoqué.

Les fauteuils sont couchés dans la salle qui demeure endormie. Elle attend son réveil. Nous en sommes sûrs, il se fera au bruit retrouvé des applaudissements alors que celui des caisses enregistreuses ne restera que dans les derniers cauchemars de ceux qui, jusqu’au bout, se seront battus pour que le spectacle continue.

N’oubliez pas de lire la Gazette du Théâtre :
PDF - 235.1 ko


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 261885

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ils, Elles sont en lutte  Suivre la vie du site Pour le Théâtre de Poitiers   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 351