NPA 86

Vidéosurveillance, Etat d’urgence et libertés font débats au Conseil Municipal de Poitiers

mardi 8 décembre 2015 par redac-npa86

Un article dans la Nouvelle République, où on voit bien la malheureuse union sacrée du PS au FN, en passant par Les Républicains...

Photographiés et filmés

Si les résultats des élections régionales ont très peu alimenté les débats du conseil municipal, la suite des attentats du 13 novembre a été d’actualité. Pendant que Manon Labaye (NPA Osons Poitiers) s’interrogeait sur l’efficacité des moyens de vidéo protection mis récemment en place par le maire au regard de leur coût et dénonçait une atteinte aux libertés, un groupe de militants photographiait et filmait les élus. Ceux-ci n’en ont pas pris ombrage mais Jacqueline Daigre (opposition) assurait que son groupe était à fond pour la vidéo protection tout en étant nuancée sur l’état d’urgence. Alain Verdin (FN) applaudissait également le dispositif et le maire le justifiait. « Nous sommes attachés à la liberté individuelle, à la diversité mais pour défendre les libertés individuelles et collectives, il y a la sécurité qui nécessite de prendre des dispositifs encadrés par la loi. »

Le lien vers le site de la NR ICI

Photo de 7 à Poitiers

L’intervention complète de Manon Labaye, élue du groupe "Osons Poitiers" et militante du NPA.

Une question sur ce que nous ne trouvons pas dans cette liste.

Nous avons lu comme chacun dans la presse les mesures envisagées pour la protection des accès de la mairie. Parmi elles, celles qui concernent la vidéo-surveillance nous interpelle.

Il est question, je cite, de « La vidéoprotection de l’hôtel de ville, de ses abords, des rues donnant sur la place et des mairies annexes, qui seront mises en place rapidement dans le cadre des mesures légales ».

Notre question porte bien sûr sur le coût puisque nous avons sous les yeux la liste des marchés publics : nous cherchons la ligne concernée en rappelant que la vidéosurveillance a un coût et pas des moindres (évaluation de la Cour des Comptes : 36 000 euros, le coût moyen d’installation d’une caméra, auxquels s’ajoutent 7 400 euros par caméra et pas an de coût d’exploitation.)

Si les mairies sont aidées par le fond interministériel de la prévention de la délinquance, cette aide ne peut dépasser la moitié et se pose la question, de toute manière, de l’efficacité de ces dispositifs face à ce coût important.

Rappelons quand même les conclusions des différentes évaluations que nous possédons de ces dispositifs : la cour des comptes, encore, quand elle analyse la loi LOPSI 2002, conclut qu’on ne constate aucune différence entre les villes équipées et celles qui ne le sont pas en matière de progression de la délinquance ; qu’au mieux, ce qu’on parvient à faire c’est de déplacer le problème sur les zones moins surveillées.

Ce que nous voulons dire, c’est que nous n’acceptons pas que, sous couvert d’une loi d’exception, nous nous dirigions vers le choix de dispositifs qui restreignent les libertés publiques. Que l’on décide de mettre tous les citoyens sous l’œil des caméras alors même que cela ne répond en rien au problème posé.

Que, dans la foulée, on avance sur des terrains aussi sensibles que l’armement des polices municipales, la multiplication des vigiles ou autre service d’ordre.

Cette dérive sécuritaire de l’état d’urgence balaie d’un revers les droits de l’homme et ouvre grand la porte à toutes sortes de violences policières.

Nous en avons eu la démonstration le dimanche 29 novembre à Paris lors d’un rassemblement pour le climat en marge de la COP 21 où plus de 300 personnes ont été arrêtées avec comme seul motif la participation à un rassemblement interdit.

Ces personnes interpellées sont des militants écologistes, anticapitalistes qui manifestaient pacifiquement et n’ayant rien à voir avec le Black Bloc..

Ce même jour, la manifestation prévue à Poitiers était également interdite par la préfecture pour des raisons là aussi de sois-disant sécurité. Pourtant au cours de la même semaine avait lieu dans notre ville l’ouverture du magasin H&M ainsi que l’ouverture du marché de Noël. 2 événements qui ont attiré des centaines de personnes mais qui eux ne posaient visiblement pas de problème de sécurité...

A Poitiers comme ailleurs nous refusons de céder à la peur dans laquelle Daesh veut plonger notre société. Mais nous refusons également de brader nos libertés pour un état d’urgence qui continuera d’être prolongé indéfiniment.

Nous continuerons à nous mobiliser pour le climat, pour les sans-papiers, pour les droits des femmes etc... car la liberté, la solidarité et la démocratie sont la seule réponse à ces folies meurtrières.

Par ailleurs, je tiens à rappeler la présence d’un collectif de militants (voir la photo) venu manifester eux aussi leur mécontentement face à la mise en place des caméras dans notre ville.

Le Député/Maire, Alain Claeys, a répondu avec son ton habituel, paternaliste, défendant la vidéo-surveillance, l’Etat d’urgence, le renforcement de la police municipale et nationale. Il a été bien entendu soutenu par tous les groupes, FN, LR, PC... A l’exception du groupe Osons Poitiers (EELV, NPA, PG, Ensemble). A. Claeys a également rappelé que Poitiers était (pour lui) une terre d’accueil puisqu’une poignée de syriens y ont droit de séjour. Il a aussi fustigé les manifestants parisiens du 29/11, les assimilants tous à des casseurs... Or, la majorité des manifestants, et pas seulement ceux de la chaîne humaine, n’ont rien cassé... Manon Labaye lui a bien rappelé. N’oubliant pas non-plus de mentionner que de nombreux CRS ont piétiné les fleurs, bougies et autres souvenirs déposés en hommage aux victimes des terribles attentats. Elle a également salué le fait que la ville accueille des syriens mais s’est interrogée à haute voix sur la cohérence d’accueillir quelques syriens quand on expulse des sans-papiers impunément depuis des années. Pourquoi, alors, ne pas accueillir tout le monde ? Son intervention a été ponctuée d’applaudissements venant de la salle, côté public.

Les autres interventions des élus Osons, sur d’autres sujets, seront disponibles sur le site http://osonspoitiers.fr/


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 261885

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communiqués, évènements, actions  Suivre la vie du site Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et (...)   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 324