NPA 86

Tract de "Pour une Alternative à Gauche" - Poitiers

mardi 8 décembre 2009 par redac-npa86

Le tract de "Pour une Alternative à Gauche", liste citoyenne soutenue par le NPA86 et les Alternatifs :

  • Non à la LGV Poitiers-Limoges !
  • Contre la suppression de la taxe professionnelle
  • "Coeur d’agglo” : des interrogations
  • Non là l’augmentation de la taxe sur les ordures ménagères !
  • Non à la hausse des impôts locaux !
  • Les tarifs de la cantine

Voir le tract en pdf, cliquez ici








Lors des élections municipales de 2007, la liste "Pour une alternative à gauche " (liste citoyenne soutenue par le NPA et les Alternatifs) avait obtenu plus de 6% des suffrages et Maryse Desbourdes a été élue au Conseil municipal. Toutes celles et tous ceux qui se sont engagés autour de notre liste, partagent une même motivation : refuser le libéralisme qui détruit la planète et les êtres humains et, pour Poitiers, avancer des propositions réellement à gauche.En Conseil municipal, avec notre élue, ou sur le terrain nous soutenons les luttes en cours contre la politique de la droite et du patronat qui remet en cause les droits sociaux et les libertés démocratiques. Voici quelques unes des positions que notre élue a défendues.

 Non à la LGV Poitiers-Limoges ! Un projet financièrement ruineux, écologiquement catastrophique et socialement injuste.

Ruineux

Les collectivités territoriales, dont la Communauté d’Agglomération de Poitiers, financent la ligne LGV Sud Europe Atlantique incluant la LGV Poitiers Limoges à hauteur de 25% . Elles s’endettent pour 50 ans :

  • Conseil Général (27 millions) ;
  • Conseil CAP Poitiers (9 millions) ;
  • CAP Châtellerault (4 millions) ;
  • Région Poitou-Charentes (98 millions). Alors que la modernisation du TER Poitiers Limoges est prévue, ce projet de LGV remet en cause la rénovation de la ligne dite POLT (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse). Un tracé qui coûterait quatre fois moins cher à rénover, permettant un prix du billet plus abordable.

Catastrophique

La construction d’une LGV vers Limoges impose la construction d’une deuxième coulée ferroviaire entre les deux villes entraînant le destruction de paysages, de territoires agricoles et d’habitats, sans réduire le trafic routier, ni permettre la circulation du fret. Avec un bilan carbone très défavorable

Injuste

Ce projet, c’est pour le déplacement de quelques décideurs politiques et économiques, selon l’aveu même des études officielles. Ce projet c’est la privatisation.

L’exploitation commerciale de la ligne LGV sera cédée à de grands groupes privés, amis du pouvoir (Bouygues, Eiffage, Vinci). En clair, les contribuables vont supporter le coût de la construction et les pertes d’exploitation pour que les grands patrons puissent empocher les bénéfices.

Un Collectif “Non à la LGV Poitiers-Limoges a été créé. Les habitants de la Vienne se mobilisent, en lien avec ceux de Limoges et de la Haute Vienne, pour imposer un débat public et refuser cette aberration. Leur site Internet : http://www.non-lgv-poitiers-limoges.com/

A Poitiers, la majorité municipale, avec le soutien de la droite, trouve des arguments au fur et à mesure du débat qui lui est imposé. Un coup c’est pour avoir une gare, un coup c’est pour une imaginaire ligne Poitiers-Lyon...

Notre élue, Maryse Desbourdes a voté contre. Elle est intervenue avec force à la CAP pour dénoncer cette conception de la politique qui privilégie les négociations de pouvoirs dans les salons parisiens : "je te finance ta LGV, tu me finances ma passerelle".

Ce consensus permanent droite/gauche se fait au détriment des intérêts de la population. Elle a réclamé l’abandon de ce tronçon LGV et demandé que l’argent économisé profite au bien commun.

La mise en place immédiate des transports en commun gratuits pour tous, au niveau de la CAP, coûterait 5 millions d’euros. Voilà une bonne dépense de politique sociale. Augmenter ainsi la fréquentation des transports en commun, voilà une façon bien réelle de s’engager contre les changements climatiques.

  Contre la suppression de la taxe professionnelle Les patrons en rêvaient, Sarkozy le fait !

Après des années de reformes successives visant à son démantèlement, la taxe professionnelle (TP) va être définitivement supprimée.

Impôt direct local payé par les entreprises, elle est basée sur la valeur des locaux et des équipements et ne concerne déjà plus les salaires versés, que la gauche plurielle a sorti du calcul en 1999. Principale ressource pour la commune, la TP représente à la CAP 42% du budget principal soit 38 millions d’euros (chiffres 2008).

Demain sans la TP, les communes répercuteront inévitablement leur manque à gagner sous forme de hausse des tarifs et des impôts locaux, ou de réduction des services publics à la population.

Encore un cadeau offert au patronat, payé par les citoyens !

Pour une Alternative à Gauche exige au contraire, des élections à la proportionnelle, le maintien de la taxe professionnelle, une réforme fiscale profonde et la libre administration des collectivités locales, sous contrôle de la population.

 Coeur d’agglo” : des interrogations ?

Le Conseil municipal a lancé un grand chantier "Coeur d’agglo" qui vise à changer le Centre ville.

Nous partageons cet objectif : embellir la ville et diminuer la circulation automobile est louable. Mais encore faut-il offrir de réelles alternatives à la voiture et penser à tous les usagers de la ville. En effet : 1 - Qu’est-il prévu pour que les résidents du Centre puissent accéder à leur domicile en voiture et se garer ? 2 - Qu’est-il prévu pour les salariés des administrations et des commerces ? Le trajet domicile-travail fait partie intégrante du travail. Mais qui paie le stationnement de la voiture personnelle ? 3 - Pour les consommateurs, en quoi les commerces de “Coeur d’agglo” seraient-ils plus attractifs que les hyper marchés de la périphérie, s’il faut payer le parking et subir les embouteillages ? 4 - A quoi sert d’embellir le centre ville si la majorité des habitants ne peut y accéder sans débourser le prix du stationnement ? Ne vaudrait-il pas mieux favoriser la fréquentation des transports en commun publics sur la CAP par la gratuité et les combiner avec les transports en commun sur le département (train, bus) ?

“Coeur d’agglo” ne doit pas être la transformation en vitrine de l’hyper-centre mais un projet pour toutes et tous ! Les habitants doivent s’exprimer sur ce sujet au fur et à mesure de son avancement.

  Non là l’augmentation de la taxe sur les ordures ménagères !

Nous dénonçons aussi la hausse scandaleuse du taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères en 2009 de 9,3%.

Après les 8,16% de 2008, ceshausses alimentent les profits de la multinationale Veolia SUEZ. En 2004, la fréquence des ramassages a été réduite et on avait demandé aux habitants de trier leurs déchets pour éviter l’augmentation de cette taxe !

Quand aurons-nous enfin les résultats de l’étude sur le coût du ramassage des ordures ménagères si il était réalisé par une Régie publique et non par une multinationale ?

  Non à la hausse des impôts locaux !

Près d’1 million d’€ de pression fiscale supplémentaire pour la grande majorité de nos concitoyens qui sont déjà, pour leur pouvoir d’achat, victimes de la crise, et oubliés des plans de relance. Mais selon A CLAEYS et sa majorité municipale, l’augmentation de la pression fiscale aurait pu être pire en 2009. !!...Merci pour tant de bonté d’âme.

On aurait pu penser que ce budget municipal, certes dans les limites d’une localité, suivrait une autre logique que celle appliquée par M. Sarkozy et son gouvernement et qu’il répondrait avant tout aux besoins des habitants dans un contexte d’urgence sociale.

Les impôts locaux augmentent de 4.5% : 2% d’augmentation votée par la ville ajoutée aux 2.5% d’augmentation des bases imposées par l’Etat. Toutes celles et tous ceux qui ne sont pas les plus démunis mais que l’on ne peut qualifier de "riches" voient leur revenu amputé. A cela s’ajoutent les hausses des tarifs municipaux de 3% pour les crèches et les garderies, les centres de loisirs, la culture sans parler des coûts de stationnement, hausse des tarifs de parkings et multiplication des parcmètres.

Notre élue, Maryse DESBOURDES, a demandé en Conseil municipal de ne pas augmenter les impôts locaux.

Les impôts locaux sont injustes, l’augmentation de 2% injustifiée. Nous avons voté contre.

Elle a proposé à la majorité municipale de dénoncer publiquement les contraintes imposées par l’Etat qui la conduisent à modifier ses projets et ses promesses électorales, et à affirmer son refus de compenser les pertes de recettes par l’impôt local qui est un impôt injuste parce qu’il ne tient aucun compte des revenus.

Nous ne doutons pas qu’une telle campagne de mobilisation serait favorablement reçue par tout le peuple de gauche et qu’elle montrerait la voie des mobilisations sociales mais aussi électorales à venir.

 Les tarifs de la cantine

Si la baisse des tarifs des cantines scolaires pour les plus bas quotients est justifiée, elle ne doit pas se faire au détriment des autres familles qui paient au prix fort depuis la rentrée les repas de leurs enfants. D’autant plus que le doublement du tarif de la garderie du soir pèse lourdement sur le budget des mêmes familles .Face aux mécontentements, le Maire doit revoir sa copie, mais seulement ... au 1er janvier 2010.


Documents joints

8 décembre 2009
Document : PDF
31.7 ko

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 252803

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communiqués, évènements, actions  Suivre la vie du site Elue municipale "liste PAG"   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 35