NPA 86

Notre élue, Maryse Desbourdes, au Conseil Communautaire de la CAP du vendredi 26 mars 2010

mercredi 31 mars 2010 par Maryse DESBOURDES

Au nom de la liste "Pour une Alternative à Gauche", liste citoyenne soutenue par le NPA et les Alternatifs

  • Budget 2010 CAP : des augmentations d’impôts injustes et des dépenses inutiles,
  • Centre de conférence : argent public gaspillé, un cadeau au privé,
  • gratuité des transports en commun,







Depuis les orientations budgétaires, il y a eu des élections qui ont sévèrement condamné la politique gouvernementale. Elles ont aussi montré l’éloignement des habitants de leurs élus et le manque de réelle perspective politique à gauche qui puisse donner confiance pour un véritable changement de société.

Le 23 mars des milliers de salariés ont manifesté pour l’emploi, les salaires les retraites, les services publics. Ils n’acceptent pas de faire les frais d’une crise dont tous les jours la réalité montre qu’elle aboutit à les saigner d’avantage au profit de ceux qui l’ont provoquée.

Pour la première fois depuis 1949, la masse salariale du privé affiche une baisse de 1,30% en 2009, due aux licenciements, au chômage partiel et à la modération de hausse de salaires.

En 2009, après la crise de l’automne 2008, les milliardaires s’affichent : Carlos Slim, propriétaire des télécom mexicain, possède 32,5 millions de fois le Smic mensuel.

C’est ça le système capitaliste. Il ne se régule pas, il faut en sortir pour répartir les richesses.

 Budget 2010 CAP : des augmentations d’impôts injustes et des dépenses inutiles...

Le budget 2010 de la CAP ignore les conséquences de la crise sur les habitants :

  • Une politique d’investissement pour dynamiser l’économie locale surtout dans le BTP. C’est discutable. Est ce qu’une collectivité doit investir pour créer des emplois dans le BTP ou pour répondre à des besoins ?
  • la récurrente histoire de la baisse de la taxe France Télécom est le résultat de la privatisation de cette entreprise, en 2003, faite par la gauche et la droite. Les conséquences en sont une perte pour les collectivités. Mais ça je dirais que les politiques le savaient. On assiste également à une casse sans précédent du service public des télécommunications qui fait cruellement défaut aujourd’hui tant pour les habitants que pour l’industrie, et la suppression de 60 000 salariés en 13 ans.

==> Il n’est pas concevable de le faire payer aux habitants.

  • la suppression de la taxe professionnelle est effective au 1er janvier 2010. Cette nouvelle mesure libérale censée « favoriser la compétitivité et l’investissement des entreprises » est encore un scandaleux cadeau fiscal au patronat d’un montant de 12 milliards d’euros net que les ménages devront payer !

==> Et ce sont les habitants qui vont payer cash à partir de 2010 !

Le budget doit d’abord servir aux habitants, l’argent doit aller aux services publics et non pas aux Sociétés d’économie mixte qui sont renflouées par les impôts (Centre de conférence, pôle MTA), ou aux intérêts privés(RYANAIR) , ou encore gratuitement pour l’état (achat des Feuillants pour la future cité judiciaire ou encore pour la ligne LGV-SEA et bientôt la LGV Poitiers-Limoges pour laquelle vous prévoyez 130 000 euros d’études en 2010).

En 2010, les habitants de la CAP, vont payer un impôt de 0.9% pour boucher le « trou » passé et à venir du budget de la CAP. C’est votre réponse au cadeau fait par le gouvernement aux entreprises en supprimant la taxe professionnelle. Le MEDEF en rêvait, le gouvernement l’a fait, et les élus de gauche et de droite la font payer cash aux habitants.

==> Cet impôt est injuste,
comme l’est la taxe d’habitation qui ne tient pas compte des revenus.

Nous sommes en total désaccord avec les élus de la CAP qui « désolés » d’augmenter les impôts osent dire que l’impôt local c’est la solidarité. Les impôts locaux sont injustes car ils ne sont pas calculés en fonction des revenus, ils pénalisent lourdement les revenus de la majorité des habitants que l’on ne peut pas qualifiée de riche, le revenu moyen des ménages à Poitiers est de 2054 euros.

En votant en 2008 le principe de ce nouvel impôt, pour compenser le désengagement de l’état passé et à venir du budget de la collectivité, vous vous êtes préparés à prendre dans la poche des ménages qui subissent les effets de la crise et sont déjà contraints de réduire leur budget à l’essentiel, quand l’essentiel peut être sauvegardé.

Vous êtes solidaires contre le pouvoir d’achat des habitants, pour nous la solidarité c’est de développer des services publics, pour le plus grand nombre, gérés de façon démocratique : A commencer par la municipalisation du ramassage des ordures ménagères, où en est l’étude ?

==> Et le développement des transports collectifs et gratuits ?

Cet impôt est injustifié : il fait subir aux habitants les conséquences de la politique de la droite qui sans contrepartie, à coup de milliards d’euros, a renfloué les banques, fait des cadeaux fiscaux aux entreprises en supprimant la taxe professionnelle.

Nous nous disons qu’une une autre politique est possible et nécessaire, en partant des besoins des habitants, du plus grand nombre et en tenant compte de la situation économique et sociale catastrophique, ce n’est pas aux habitants de payer leur crise.

==> Cet impôt, c’est votre choix, pas celui des habitants...


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 261885

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communiqués, évènements, actions  Suivre la vie du site Elue municipale "liste PAG"   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 298