NPA 86

La LGV fait encore débat au sein de Grand Poitiers

dimanche 12 décembre 2010 par redac-npa86




Article de Centre Presse du 11/12/10










Collectivités locales

La LGV fait encore débat au sein de Grand Poitiers

Le conseil communautaire de Grand Poitiers adopté hier soir la convention devant garantir les dessertes des gares par la LGV SEA en construction.

Je rappelle que c’est une ligne en construction depuis 2009 sur le tronçon Bordeaux-Angoulême, que la gare actuelle de Poitiers reçoit 3 millions de passagers par an et que 3.500 m2 de bu­reaux sont en construction aux Montgorges pour accueillir les 400 personnes qui vont travail­ler pour Vinci sur la partie Tours-Angoulême. C’est ainsi que Maurice Monange a ter­miné hier soir le débat à pro­pos de la convention précisant les dessertes pour les gares de Châtellerault, Futuroscope et Poitiers (pour ce qui concerne la Vienne).

Les élus s’interrogent

Cette délibération n° 41 a en­suite été adoptée par une large majorité : seule Maryse Des­bourdes (Pour une alternative à gauche) a voté contre et Alain David (Migné-Auxances) s’est abstenu. Ce résultat final n’a pas occulté le dé­bat. Maryse Desbourdes, estimant que « la grande vi­tesse, c’est le train de quelques-uns contre des trains pour tous... » Sur la LGV SEA, elle demandait : «  la lourde participation des collectivités de la Région Poitou-Charentes (300 M€) peut-elle se justifier par l’impact économique de cette nouvelle LGV ? », avant d’implorer en vain ses collè­gues délégués d’« admettre qu’ils se sont trompés pour re­noncer publiquement au projet Poitiers-Limoges et au finance­ment de la LGV SEA ».

Stéphane Braconnier (UMP) demandait si cette convention « importante » concernait la gare actuelle de Poitiers dans l’hypercentre ou celle envisa­gée en périphérie.

Patrick Coronas posait une autre ques­tion intéressante : « quel est le pouvoir du comité de suivi prévu dans cette convention ou même de l’État par rapport à l’ouverture des lignes à grande vitesse à d’autres opérateurs de ligne ? Ne nous engageons-nous pas dans un marché de dupes ? ».

Alain Claeys répondait que ces questions étaient pertinentes : « Nous avons fait en fait de ga­rantir pour dix ans (NDLR : à compter de la mise en service de la LGV en 2016) que cette LGV ne pénalise pas Grand Poitiers en matière de desserte ».

Stéphane Delannoy


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 254595

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communiqués, évènements, actions  Suivre la vie du site Elue municipale "liste PAG"   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 775