NPA 86

De la vidéo dans les bus et de la gratuité

mercredi 22 décembre 2010 par redac-npa86

Maryse Desbourdes, conseillère municipale « Pour une alternative à gauche », liste citoyenne soutenue par le NPA et Les Alternatifs, exprime son désaccord sur l’augmentation des vidéos dans les bus.

Nous comprenons l’inquiétude et la colère des conducteurs de bus, devant la dégradation de leurs conditions de travail. Nous renouvelons notre solidarité avec la victime de l’agression.

Nous le répétons à chaque conseil municipal ou d’agglomération : la question des transports collectifs dans la CAP doit devenir une priorité politique et sociale pour les élus et l’objet d’un débat citoyen avec l’ensemble de la population..

L’installation de vidéo surveillance dans les bus ou la présence de policiers sur quelques lignes ne permettront pas d’assurer la sécurité immédiate de tous les conducteurs en service.

Nous craignons que ce choix de vidéosurveillance ne soit qu’un remède momentané, mais à long terme un piège dangereux et coûteux.

Quelle est l’ idéologie qui sous-tend l’installation de ces gadgets sécuritaires ? La croyance que chaque citoyen est un délinquant potentiel, un criminel en puissance ? Une société où pour « gérer » les tensions sociales on multiplierait les outils de surveillance, de fichage et de traçage ?

Cette fuite en avant est à l’opposé du projet de ville à taille humaine et respectueuse de ses habitants que nous souhaitons construire avec les poitevins.

A ces investissements lourds, longs, et d’une efficacité limitée pour la sécurité des conducteurs, nous opposons la gratuité des transports pour tous. C’est possible, c’est déjà en œuvre dans d’autres collectivités.

Loin d’être une utopie, c’est une proposition socialement et écologiquement juste.

Ce serait un facteur décisif pour augmenter la fréquentation des bus en y faisant venir un public qui, aujourd’hui encore, préfère la voiture.

Le paiement des tickets par les usagers de VITALIS représente 2,5% du budget de la CAP, soit 5 millions d’euros. On sait trouver des financements pour d’autres projets, tels le VIADUC (25 millions d’euros). de même pour la cité judiciaire [1], la LGV SEA et son barreau POITIERS-LIMOGES.


Alors pourquoi pas pour les transports collectifs gratuits qui profitent à tous ?


[1] En photo, l’ancien lycée privé catholique des Feuillants acheté par la communauté d’agglo, "Grand Poitiers", pour la somme de 3,5 millions d’euros pour que l’Etat y construise la future cité judiciaire


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 262315

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communiqués, évènements, actions  Suivre la vie du site Elue municipale "liste PAG"   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 67