NPA 86

Communiqué du 13 décembre 2011 de Solidaires 86

mercredi 14 décembre 2011 par redac-npa86

Austérité, crise, dette, ce n’est pas à nous de payer !
Une vraie mobilisation d’ampleur s’impose !

L’union syndicale Solidaires 86 a fait le choix de ne pas appeler au rassemblement du 13 décembre à Poitiers : cette action minimale, sans perspective de lutte et sans lendemain est totalement sous-dimensionnée pour faire face à la politique anti-sociale qui nous est imposée. Notons au passage que Solidaires 86 n’a pas été invitée à cette initiative intersyndicale.

Tous ensemble nous pouvons gagner, faut-il le vouloir et y mettre la bonne stratégie !

Alors que la France et le Monde sont de plus en plus riches (la richesse produite par habitant ne cesse d’augmenter), les plans d’austérité, sous prétexte de dette, se suivent et se ressemblent : ils préservent les riches et frappe toujours plus tous les autres.

La dette est née d’une très grande diminution des recettes publiques, conséquence d’une politique fiscale favorable aux riches depuis ¼ de siècle : niches fiscales et baisse de la TVA, cadeaux aux entreprises, fraudes fiscales et paradis fiscaux. Le coût des baisses d’impôt entre 2000 et 2010 se chiffre à 100 milliards d’€.

L’endettement public renforce les inégalités
1. L’Etat baisse les impôts des plus riches, et exonère de cotisations sociales les entreprises.
2. Le déficit augmente.
3. L’Etat emprunte, essentiellement aux bénéficiaires des cadeaux fiscaux, sur les marchés financiers.
4. Ceux-ci exigent de l’Etat qu’il fasse payer les salarié-e-s et les ménages en augmentant leurs cotisations sociales (CSG) et impôts (TVA et impôts sur la consommation) et en restreignant les dépenses publiques sociales.

Ce système permet d’enrichir doublement les plus riches : par les cadeaux fiscaux qui leur sont réservés, puis par les intérêts qui sont payés par la population !

Pour exemple, la cure d’austérité augmente de 325€ par an les dépenses d’un Smicard, tandis que les riches contribuent très peu et récupèrent 2300 millions d’€ de baisse de l’ISF, l’impôt de solidarité sur la fortune. Si nous laissons faire, nous allons droit à la récession économique qui entraînera l’accroissement de la pauvreté et une nouvelle aggravation des inégalités.

Un autre partage des richesses est la seule réponse alternative légitime. Elle exige une autre répartition entre salaires et profits, un droit effectif à l’emploi par une réduction du temps de travail avec embauches correspondantes, une réforme fiscale radicale, et le développement des services publics. Il faut mettre fin aux exonérations d’impôts des plus riches, taxer véritablement les revenus du capital, lutter contre la fraude fiscale et les spéculateurs/trices. Il faut également la socialisation du système bancaire, la satisfaction des besoins sociaux fondamentaux, en articulant impératifs écologiques et garanties sociales pour les salarié-e-s.

Pour cela et pour gagner, une vraie riposte à la hauteur des enjeux s’impose !

Solidaires 86 appelle l’ensemble des travailleurs-chômeurs-retraités-jeunes, à œuvrer dès maintenant à la construction d’une mobilisation unitaire d’ampleur dès le mois de janvier, sur la base de la GREVE GENERALE RECONDUCTIBLE ! Solidaires 86 appelle les autres organisations syndicales à s’inscrire dans cette démarche.

Poitiers, le 13 décembre 2011


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 262415

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communiqués, évènements, actions  Suivre la vie du site Communiqués reçus   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 39