NPA 86

Valls fait la course avec l’extrême-droite alors qu’il devrait pratiquer la boxe avec elle

vendredi 7 décembre 2012 par redac-npa86

Réaction d’un militant du NPA 86 à la prestation de Manuel Valls sur le plateau de l’émission "Des paroles et des actes".

Sur le plateau de « Des paroles et des actes » sur France 2 mardi soir, Manuel Valls est venu jouer la comédie du Ministre modeste qui prépare son statut de futur Président de la République dans la pratique et le ton des discours, mais en repoussant toujours cette affirmation en distillant des déclarations d’amour à François Hollande et à JM Ayrault.

Le ministre de l’intérieur a passé son temps à défendre la politique qu’il met en place, sans jamais émettre le moindre scrupule, essayant même de se faire passer pour un véritable homme de gauche lorsqu’il démantèle les camps de Rroms : « Quel gouvernement de gauche peut laisser à la porte de ses villes se former des bidonvilles ? ». Des propos déconnectés de la réalité, comme si, après avoir démantelé ces camps où règne la misère, l’État mettait tout en place pour que les Rroms soient logés, nourris, chauffés...

Tout au long de l’émission, Manuel Valls a été comparé à Sarkozy. Il s’est défendu d’être comme l’ancien Président de droite, mais pourtant, qui mène la même politique d’immigration que lui ? (voir tract de DNSI en cliquant sur le lien).

Ce fût ensuite au tour de Marine Le Pen de venir cracher son venin sur le plateau (alors que Valls le sécuritaire suffisait bien assez). À coups de « l’immigration est responsable du chômage », « la préférence nationale doit être de vigueur », « la laïcité est remise en cause par l’islam »- parce qu’à cause d’eux, on a été obligé de jeter des desserts à la gélatine de porc alors que de pauvres français meurent de faim, mais c’est sûr que c’est plus facile de s’attaquer aux musulmans qu’aux grandes surfaces qui jettent de l’eau de javelle sur les aliments périmés mais encore consommables-.

La chose frappante, c’est que Valls ne savait pas répondre franchement à Marine Le Pen. À force de jouet sur son terrain, « le ministre de droite » du gouvernement Ayrault ne rivalise pas avec l’originale, lui qui n’est qu’une pitoyable copie. S’il aurait voulu passer comme un opposant à l’extrême-droite, Valls aurait du affirmer qu’il était pour le droit de vote des étrangers à toutes les élections, pour la régularisation de tous les sans-papiers. Il aurait du dire que le monde est dans un chronique mouvement et que chacun a le droit de vivre et de s’installer où il le souhaite. Mais il a fait un autre choix, celui de courir, comme l’a fait Sarkozy avant lui, derrière l’extrême-droite, derrière une concurrente qui court bien plus vite que lui et qui malheureusement risque de lui passer devant.

A.R.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 252416

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communiqués, évènements, actions  Suivre la vie du site Débats   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 30