NPA 86

Conseil Municipal de Poitiers 20/01/14. Une dernière séance claeysienne.

mardi 21 janvier 2014 par redac-npa86

Alors que le dernier Conseil Municipal de la mandature avait lieu, Maryse DESBOURDES, notre élue (ainsi que d’autres) avait préparé diverses interventions, notamment une de fin de mandat où elle revenait sur les 6 ans passés dans l’opposition de gauche.

Malheureusement, le Maire en a décidé autrement et après avoir distribué les bons points (en grand Prince) il s’en est allé "boire un coup" (je le cite).

Bon gage de démocratie alors que nous sommes désormais entrés vivement dans la période électorale des Municipales et où Alain Claeys brigue un nouveau mandat (à 65 ans, il en aura 71 à la fin du prochain mandat s’il est réélu).

Nous vous proposons tout de même de lire l’intervention que Maryse avait préparé pour l’occasion.

L’heure est à s’engager pour porter, plus que jamais, la voix de l’opposition de gauche pour un monde débarrassé du capitalisme.

Ce Maire nous rend DIIINGUE !

 Intervention de Maryse DESBOURDES

Un mandat de 6 ans s’achève et j’ai bien réfléchi pour cette intervention, je me suis dit, tu as beaucoup de choses à dire mais attention, 200 signes, alors ne t’emballe pas Maryse !

Vous avez eu beaucoup de mal à m’identifier, une opposition mais de gauche ! Et vous avez tout essayé en début de mandat pour minimiser mon expression au sein de ce conseil, mais au fil des années les relations se sont apaisées comme vous diriez et le respect s’est installé.

Et aujourd’hui, à part lorsque nous évoquons les transports gratuits qui suscitent hilarité et mépris, nous tenons notre place en toute indépendance.

Être seule n’est pas facile et être femme demande de la ténacité et de l’endurance, mais lorsque l’on a des convictions, que l’on est persuadée que l’on peut faire une autre politique à gauche, ça vaut le coup et c’est utile.

Je ne combat pas les hommes mais les idées, et si vous avez pris mes interventions comme des leçons, sachez que je n’ai jamais eu la prétention de donner des leçons à qui que ce soit, mais la conviction de faire d’autres propositions pour une autre politique à gauche.

Je n’ai pas de haine, mais des colères contre les politiques libérales qui cèdent à la finance, qui imposent au peuple des cures d’austérité, alors que les richesses existent.

Il y a consensus dans le conseil municipal de POITIERS, pour une gestion en dehors de la soi-disant politique politicienne ! Or dans les conseils municipaux, il est évident que les conséquences de la politique nationale, quelle soit de droite ou dite de gauche sont une réalité, les habitants subissent tous les jours les conséquences de la politique d’austérité : au niveau municipal, il faut donc les combattre, les dénoncer et non les accompagner.

Cette politique se traduit par des désengagements de l’Etat, par la baisse des subventions aux collectivités.

Les conséquences sont invariables :

  • augmentation des impôts locaux, des tarifs municipaux,
  • diminution des subventions aux associations,
  • et cure d’austérité pour le personnel municipal

Les budgets sont « contraints » mais ce n’est pas à la population qui ne décide pas des choix politiques d’en payer les conséquences.

J’ai par mes interventions imposé un débat politique dans les conseils municipaux et de fait ils ont duré plus longtemps mais ont été tellement plus intéressant que ces chambres d’enregistrement sans débat.

Oui, les conseils sont des chambres d’enregistrements, car seuls quelques élus de la majorité ont des infos importantes, tout se passe en petit comité et la démocratie est absente, on peut avoir les infos, oui, mais il faut demander, comme à l’école et c’est le parcours du combattant qui commence.

Heureusement, il y a la presse pour nous informer des news !

Vous avez peur de ce que vous ne contrôlez pas et c’est significatif d’un manque de confiance en vous même et de vos administrés.

Je n’ai pas été élue pour moi même :

  • j’ai fait d’autres propositions en lien avec les habitants, les associations qui connaissent les dossiers
  • j’ai pu être un point d’appui pour des luttes locales
  • j ’ai pu montrer à contrario de ceux qui disent que nous sommes que des « diseux », que nous sommes capables de faire des propositions en lien avec notre conception politique de réponses aux besoins plutôt que de distribuer l’argent public aux intérêts privés.

J’ai bien « aimé » vos petites phrases, telles :

« il y a les diseux et les faiseux »

« on ne rase pas gratis »

« y en a marre d’entendre toujours le même discours y a des riches et des pauvres.... »

« je n’ai pas de leçon à recevoir »

« tu ne connais rien en sport »

« tu veux les transports gratuits, moins d’impôts et des investissements, je ne sais pas faire, alors devient maire »

Sur le personnel communal et VITALIS

Pas de condescendance mais de la reconnaissance ; le personnel a manifesté son mal être a plusieurs reprises et nous demandons qu’il soit entendu car c’est lui qui rend le service public.

Il faut que le gouvernement revoie sa politique salariale, 3 ans sans augmentation, c’est intolérable !

Face à la politique du gouvernement HOLLANDE qui impose l’austérité à tous les niveaux, qui mène une politique de droite, qui a déclaré la guerre à la majorité de la population pour mieux remplir les caisses du patronat au nom de l’emploi et de la croissance, il y a urgence construire une opposition à la gauche de ce gouvernement, pour préparer les mobilisations seules capables de mettre en échec cette nouvelle offensive contre le monde du travail.

Il est aussi important qu’il y ait dans les municipalités des élus indépendants, anticapitalistes ou antilibéraux qui proposent une autre politique à gauche, répondant aux besoins du plus grand nombre (Logements, transports, petite enfance) parce qu’a l’échelle d’une municipalité il est possible de faire de la politique autrement, d’être un point d’appui pour les luttes locales, pour plus de démocratie et pour proposer d’autres alternatives aux politiques gestionnaires actuelles et pour ne pas laisser la contestation au seul FN.

Enfin je voulais offrir à M CLAEYS l’ouvrage de Magali GIOVANNANGELI et Jean Louis SAGOT DUVAUROUX "Voyageurs sans ticket LIBERTE EGALITE GRATUITE" sur une expérience sociale à Aubagne avec cette dédicace :

« La politique est une question de choix et pour nous, les choix sont ceux que nous pourrions faire pour le plus grand nombre. C’est le choix d’une réelle répartition des richesses à égalité pour toutes et tous. Il reste tellement à faire pour une véritable politique à gauche, mais c’est possible » signé "Pour une Alternative à Gauche".

Et je souhaitais aussi interpeller les élus communistes : on a pu lire dans l’Humanité du lundi 30 décembre 2013 : « la gratuité comme antidote à l’austérité les fédérations communistes portent haut et fort le débat de la gratuité des transports et en font une priorité de campagne.... »...

Je voulais leur dire ce que M le Maire nous a dit pendant tout le mandat : il y a les diseux et les faiseux.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 254300

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communiqués, évènements, actions  Suivre la vie du site Elue municipale "liste PAG"   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 36