NPA 86

Commémorer tous les meurtres nazis, pour lutter contre tous les racismes et toutes les discriminations.

mardi 28 avril 2015 par redac-npa86

Le mois d’avril est le moment des commémorations. Cette année, cela fait 70 ans que les ignobles camps de concentrations ou d’exterminations nazis ont été libérés. La barbarie hitlérienne est une horreur qu’il est vital de combattre, y compris dans une forme de commémoration, afin de lutter contre le révisionnisme qui vise à faire disparaître les populations et même leur histoire, victimes de crimes contre l’Humanité, de génocides.

Les commémorations du moment laissent pourtant à désirer tellement elles donnent le champ libre à une forme de révisionnisme.

En effet, si le génocide juif est reconnu par l’État et, globalement, par la société (bien que certains groupes restent puissamment antisémites), et donc l’antisémitisme combattu, d’autres populations, victimes elles aussi de la barbarie nazie, ne sont pas mises en avant, voire sont écartées, alors qu’elles sont toujours victimes d’un racisme d’État. C’est le cas, très clairement, des populations communément appelées « gens du voyage » (tsiganes, rroms, gitans, manouches…) ou, encore, des homosexuels (plus largement, des LGBTI).

Les nazis avaient une haine puissante des juifs. Il s’agissait du fondement de leur pensée. Il fallait éradiquer cette race « cosmopolite » pour éviter la contamination (d’après les propres mots d’Hitler qui compare les juifs à une maladie) des autres peuples, notamment du peuple aryen.

Toute personne sensée comprend qu’il y a une spécificité antisémite dans la pensée hitlérienne. Les camps de la mort ont fait plus de 5 millions de morts dans la population juive ce qui démontre une volonté morbide de mettre fin à l’existence de ce peuple. Toute personne disant le contraire n’est qu’un vulgaire révisionniste – et, de fait, un antisémite.

Mais dire cela nécessite, aussi, de dire que les victimes des camps n’ont pas été « que » juives.

Entre 300.000 et 500.000 « gens du voyage » ont été exterminés dans les camps de concentration. Sur une population européenne d’environ 700.000… un vrai génocide. Un génocide peu discuté, peu commémoré. Au contraire, Manuel Valls pense que « les rroms ont vocation à retourner en Roumanie et en Bulgarie ». Le racisme anti-rroms, et aussi un racisme anti-pauvres, contre une population perpétuellement attaquée.

Des milliers de réfugiés politiques, principalement communistes, ont aussi été internés et sont morts dans les camps. Ils devaient porter le triangle rouge. Ont aussi été victimes des nazis, les Témoins de Jéhovah, les Francs-Maçons...

Les homosexuels, obligés de porter le « triangle rose » ont été internés, et exterminés.

Les déficients mentaux (les handicapés) étaient perçus par les nazis comme inutiles, des milliers sont morts de faim ou dans les camps d’extermination… Par ailleurs, ils ont également été les victimes d’une politique eugéniste - de castration - (pas seulement eux, toutes les populations des camps aussi) afin d’éviter leur "reproduction". Mais, les bouches à nourrir que représentaient tous ces "parasites" (tsiganes, homosexuels, juifs, handicapés...) a contribué à l’industrialisation de la mort, plus rentable pour les nazis. Une horreur.

Presque pas connu, le sort réservé aux combattants noirs ou asiatiques (et, aussi, des musulmans) des colonies françaises capturés par les nazis a été d’une atrocité bestiale. Les nazis considéraient ces populations "noires" et "jaunes" comme des animaux. On se demande pourtant de quel côté étaient les "animaux" à en voir les comportements affreux des nazis, bien que des animaux ne commettent pas de tels crimes.

L’idée développée ici ne vise pas à faire une liste de morts, et certainement pas à hiérarchiser. Au contraire, elle veut faire prendre conscience que des millions de vies, aujourd’hui, ont besoin d’être respectées. Les populations tsiganes ont connu des tragédies inimaginables. Et cela continue d’une autre manière. On est donc loin de la « commémoration ». Du moins elle n’est pas traitée de manière égalitaire.

Que dire, aussi, du fait que des associations LGBTI soient interdites aux commémorations, à Tours par exemple ?

Cela est purement lamentable, et révélateur d’une société qui n’a pas compris les leçons de l’Histoire et qui distille dangereusement du négationnisme (ne pas inviter les associations homosexuelles est une manière de dire que les homosexuels n’ont pas été exterminées et donc de nier les crimes dont ils ont été victimes). Lorsqu’on voit les manifestations homophobes, monstres, qui ont suivi le « mariage pour tous », ou, d’une manière plus étatique, l’impossibilité pour les homosexuels de donner leur sang, il y a de quoi être inquiet…

Les crimes ne visent jamais une catégorie distincte de personnes. Les juifs d’hier sont devenus les musulmans d’aujourd’hui, pour l’extrême-droite. Mais l’extrême-droite d’antan détestait déjà les musulmans au même titre que les islamophobes du jour sont antisémites dès qu’ils ferment la bouche - car comme le dit Louis Alliot (du FN), la dé-diabolisation passe simplement par l’arrêt des discours antisémites.

Le racisme est généreux dans la haine, il y en a toujours pour tout le monde.

La meilleure réponse à donner à cela, c’est de se mobiliser, tous ensemble, pour montrer, vraiment, que malgré nos origines différentes nous sommes de la dynamite. Une dynamite prête à péter pour changer ce monde et enfin, vivre fraternellement.

Alexandre Raguet


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 292034

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos publications  Suivre la vie du site Documents   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 3652