NPA 86

Tristesse d’apparence, système criminel

lundi 7 septembre 2015 par redac-npa86

Paris, métro Chapelle, le 16 juin 2015, manifestation des migrants à la rue et des soutiens pour un hébergement décent, contre la violence policière.

Copyright : Photothèque Rouge/JMB

Le journal le Monde en Avril 2015(1) parlait de 22000 migrants morts noyés aux portes de l’Europe depuis l’année 2000. Il faudrait grossir ce chiffre puisque des dizaines de corps ont été retrouvés noyés depuis cette date. Cela donne toutefois une moyenne de 1500 morts par an avec une fourchette basse...

On y apprend aussi qu’en 2014, si une grande majorité de noyés est retrouvée dans la Méditerranée (75%), d’autres sont retrouvés dans le Golf du Bengale, à la frontière Etats-Unis-Mexique, ou encore en Afrique de l’Est... Notons-le pour sortir d’une vision européocentrée de la question migratoire, communément appelée « problème migratoire » par les racistes qui s’ignorent. Puisqu’en effet, s’il y a un problème en Europe et dans le monde, c’est que le racisme pullule, y compris devant des images d’enfants morts sur une plage.

Le choc de cette image, terrifiante, d’un enfant mort semblant dormir entre sable et mer, en Turquie, encore tout vêtu, avec ses petites chaussures nouées, suscite une tristesse dans l’opinion publique. Un article de Carine Fouteau sur Mediapart questionne la portée que de telles photographies pourraient avoir pour changer les consciences(2). Des consciences, émues à coup sûr, de la grande majorité de la population, mais pour combien de temps et dans quelle mesure ? Combien de personnes choquées ne se sont pas simplement identifiées, en voyant leurs propres enfants gisant sur le sable ? Des photos de personnes noyées adultes, et de surcroît noires, ont déjà circulé, mais elles n’ont pas suscité la même indignation, par manque d’identification sans doute.

Dans la même graine, combien de Charlies se sont retrouvés dans la rue par peur plutôt que par solidarité ? Cette exceptionnelle mobilisation autour de la liberté d’expression, valeur souvent liée à une conception républicaine et laïque, ne débouche-t-elle pas justement sur l’amplification des mesures répressives, via la loi de renseignement par exemple, ou encore des mesures racistes, avec un secrétaire d’État aux transports qui préfère des fouilles discriminantes (à la couleur du client) à des possibles attaques terroristes(3). Le problème des indignations sélectives est qu’elles ne permettent pas une compréhension globale de la situation. En effet, ce qu’il y a de plus choquant dans la vision du corps sans vie d’Aylan, au-delà du fait qu’il soit un enfant, c’est qu’il est mort à cause d’un système, à cause de l’ingérence d’États impérialistes qui pillent et détruisent d’autres pays. Aylan, qui est présenté comme un « enfant syrien » est en fait un enfant de la ville kurde de Kobané (les kurdes n’ont pas de pays à proprement parler, mais ils ont un territoire historique, Kobané en fait partie). Il est intéressant de le souligner puisque Kobané résiste depuis des mois à l’offensive militaire de DAESH, et parvient à repousser l’État islamique. Or, depuis quelques semaines, le président turque, Erdogan, qui a toujours soutenu DAESH afin d’écraser les kurdes (le PKK, parti communiste du Kurdistan, ou encore le PYD, kurdes de Syrie, sont classés organisations terroristes par la Turquie) a fait entrer la Turquie dans la guerre contre DAESH. Mais, dans le même temps, la Turquie bombarde les kurdes de Kobané ! Faut-il par ailleurs rappeler que la Turquie est l’alliée de la France et de l’Allemagne ? Et il ne s’agit que d’un exemple...

Les dirigeants de ce monde sont les responsables des milliers d’hommes et de femmes, d’enfants, retrouvés noyés car fuyant la misère ou le chaos que les impérialistes ont instauré.

Aujourd’hui, les pompiers pyromanes que sont Hollande et Valls nous parlent d’accueillir les réfugiés. Dans une déclaration commune, Hollande et Merkel s’expliquent sur l’accueil des réfugiés(4) :« Ces hommes et ces femmes, avec leurs familles, fuient la guerre et les persécutions. Ils ont besoin de la protection internationale. Elle leur est due. Les conventions de Genève élaborées au lendemain de la guerre obligent tous les pays. L’Europe doit protéger ceux pour qui elle est le dernier espoir ». Soit. Il faut accueillir les réfugiés, nous sommes d’accords. Mais, dans la même déclaration, Mme Merkel tient à préciser : « ceux qui viennent pour de pures raisons économiques, ne peuvent pas prétendre à une protection durable et doivent quitter le pays ».

Effectivement, le gouvernement Hollande expulse, depuis qu’il est en fonction, des milliers de personnes : 36822 expulsions en 2012 et 27606 en 2014(5). Dans le même article du Monde, les chiffres des demandes et des admissions d’asiles font froids dans le dos (bien que le Monde ne semble pas offusqué). En effet, sur plus de 50.000 demandes, seulement 14512 droits d’asiles sont accordés. La France, Terre d’asile, pays des Droits de l’Homme ? On repassera.

Il est très difficile de ne pas voir dans la volonté d’accueillir les réfugiés et de virer les sans-papiers, une volonté de Hollande de répondre à la tristesse découlant du choc des images, et, dans le même temps, de poursuivre une politique raciste afin de continuer la course à l’échalote avec le Front National. Au moment des attentats de Charlie Hebdo, Hollande était parvenu à répondre aux personnes indignées face au coup porté à la liberté d’expression et à la démocratie, tout en poursuivant une politique de racisme d’État et d’atteintes aux libertés individuelles. Une politique d’unité nationale, qui surfe sur les valeurs humanistes autant que sur les préjugés, et n’offre pas d’autre alternative que « la République et la Nation », comme si ces notions étaient neutres et qu’elles n’étaient pas, aussi, des freins à l’émancipation collective. Faire la différence entre réfugiés et sans-papiers est impossible. Les syriens sont des réfugiés, mais pas les ivoiriens victimes du dictateur Ouatarra, l’ami de Sarkozy et de Hollande ? Et que dire des réfugiés climatiques, actuels et futurs, victimes par exemple de la montée des eaux, dont la responsabilité revient en premier lieu aux grands capitalistes du monde occidental ?

Nous devons accueillir, pas pour le bien de la Nation et de l’économie, mais en défense de nos principes de solidarité : liberté de circulation et d’installation, régularisation de tous les sans-papiers.

À ces principes est souvent opposée la célèbre phrase de Rocard : « On ne peut pas accueillir toute la misère du monde. ». Cette question ne se pose pas et ne s’est jamais posée. Les français, qui aiment beaucoup se regarder le nombril, ne sont pour autant pas le centre du monde. Tout le monde ne veut pas venir en France... En fait, c’est en Turquie qu’il y a le plus de réfugiés, ou encore au Liban qui accueille actuellement 1,4 millions de personnes(6), pour environ 5 millions d’habitants. Ces chiffres comparés à ceux de l’Europe sont tout de même intéressant. Un petit pays comme le Liban accueille bien plus de personnes que la 6ème puissance économique mondiale qu’est la France...

Par ailleurs, en France, il serait possible d’offrir à tous les SDF du territoire un logement et d’accueillir, en plus, des milliers de personnes. Une récente étude montre que plus de 11.000.000 de m² de logements vides sont disponibles dans notre pays !(7). De plus, du travail, il y en a. La rentrée des classes prouve qu’un nombre important d’enseignants manque (classes surchargées). Idem dans le domaine de la santé, de la petite enfance ou de l’aide à la personne. Et que dire des milliards qui s’entassent dans les entreprises du CAC40 ? Il faut partager les richesses. Enfin, une politique de partage du temps de travail est nécessaire ! Travailler moins, pour travailler tous. C’est possible, c’est une question de choix politiques.

Solidarité et acquis sociaux sont indissociables, les réfugiés, les sans-papiers et les migrants sont nos frères et nos sœurs. Loin d’être un problème, ils sont les bienvenus !

(1) http://www.lemonde.fr/les-decodeurs...

(2) http://www.mediapart.fr/journal/int...

(3 )http://www.lefigaro.fr/politique/le...

(4) http://www.liberation.fr/monde/2015...

(5) http://www.lemonde.fr/les-decodeurs...

(6) http://www.lejdd.fr/Politique/Crise...

(7) http://www.metronews.fr/info/a-qui-...


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 258136

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communiqués, évènements, actions  Suivre la vie du site A lire, à voir...   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 90