NPA 86

Elections régionales. Poussée du Front National, baisse de la gauche...

lundi 7 décembre 2015 par redac-npa86

L’abstention est une fois de plus énorme : près d’un électeur sur deux a considéré que ce scrutin et les partis qui se sont présentés ne sont pas une solution à la crise sociale, économique, politique. Pour autant, le résultat très élevé de l’abstention ne doit pas masquer le fait politique central et inquiétant de ce premier tour : la percée dans tout le pays du Front national qui arrive en tête dans près de la moitié des grandes régions.

Dans le contexte post attentats du 13 novembre, l’extrême droite profite d’une situation où la gauche aux affaires, droite dans ses bottes guerrières et sécuritaire met en œuvre la casse sociale depuis son arrivée au pouvoir en 2012, court après une droite toujours plus radicalisée et sous pression des idées nocives du Front national.

Surenchères de gauche et de droite n’en finissent plus de nourrir le terreau sur lequel prospèrent aujourd’hui les idées, et peut-être demain les politiques des pires ennemis du monde du travail, des catégories populaires.

Le combat contre le FN est indissociable de celui contre les politiques sécuritaires, racistes, militaristes, antisociales, d’où qu’elles viennent, en premier lieu quand elles viennent de celles et ceux qui gouvernent. On ne peut pas parler de déchéance de la nationalité, augmenter le nombre de policiers, appeler à mettre des drapeaux bleu-blanc-rouge aux fenêtres, fermer les frontières (c’est-à-dire reprendre le discours que les Le Pen tiennent depuis des décennies)... et dans le même temps s’étonner de la montée du FN.

Ces prochaines semaines, c’est dans la rue et les mobilisations, pour la défense des droits démocratiques et de la solidarité, contre la régression sociale, qu’il faudra engager la riposte.

La montée du FN est aussi le fruit de la connivence de la gauche dite alternative avec le parti solférinien. On le voit, dès le premier tour achevé, Emmanuelle Cosse d’EELV a appelé à la fusion des listes "de gauche et des écologistes". Au même moment, Pierre Laurent (PCF - Front de gauche) souhaite trouver une majorité de gauche au deuxième tour pour battre la droite. On prend donc les mêmes ingrédients, la même recette, et on pense, ainsi, faire reculer le FN...

Pourtant, c’est par la construction d’une gauche anticapitaliste unitaire que l’espoir reviendra. Une gauche totalement indépendante des manoeuvres politiciennes, qui ne cède pas sur ses idées, et qui cherche en permanence à rassembler les militants et les citoyens qui veulent une autre politique, qui veulent changer le monde.

Résultats en Aquitaine - Limousin - Poitou-Charentes

On constate que le Front de Gauche n’obtient pas les 5% (4,87%) nécessaires pour fusionner au deuxième tour. Ces derniers n’ont pas donné de consigne de vote pour le deuxième tour pour le moment.

EELV, pour sa part, qui obtient plus de 7% dans la Vienne et plus de 10% à Poitiers, avec ses 5,55% sur l’ensemble de la région, peut fusionner. C’est d’ailleurs ce qui semble se profiler. En effet, dans la presse locale nous apprenons, sans grande surprise, que les verts "veulent négocier". (*Nous apprenons aussi ce jour, lundi 7/12, qu’une fusion entre EELV et le PS aura bien lieu. 17 places éligibles pour EELV. C’est ici, par exemple.)

Notons également, qu’à la gauche du PS, Nouvelle Donne obtient 1,19%. La Vague Citoyenne, elle, obtient 1,84% et Lutte Ouvrière arrive à 1,44%.

Une fois de plus, donc, la gauche alternative a fait preuve de divisions et de non-clarté. La montée du FN est aussi de sa responsabilité, de son (de notre) incapacité à démontrer qu’il est possible et nécessaire de faire de la politique autrement et à rompre avec le PS. Nous le rappelons, et nous sommes disponibles à la discussion, c’est bien en s’opposant totalement au gouvernement - et donc en étant indépendant du PS - sur des bases anticapitalistes et éco-socialistes, que nous pourrons commencer à relever la tête. C’est par exemple le choix que nous avions fait avec la liste "Osons Poitiers" aux municipales de 2014.

La politique est une affaire de choix. Ceux qui nous dirigent font le choix de mener une politique pour les plus riches, une politique anti-écologiste, anti-démocratique, anti-sociale. Or il est urgent de prendre conscience que d’autres choix sont possibles. Qu’un autre monde, éco-socialiste, est possible.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 252466

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communiqués, évènements, actions  Suivre la vie du site Communiqués NPA86   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 10