NPA 86

Retour sur la délibération sur la "radicalisation" lors du conseil municipal du 5.12.16

mercredi 7 décembre 2016 par redac-npa86

Ci-dessus, un extrait d’un document scandaleux proposé au vote par le PS et PCF au conseil municipal de Poitiers ce lundi 5 décembre. C’est clairement une des conséquences de l’Etat d’urgence, où sous prétexte de lutte contre le terrorisme on ose faire passer tout et n’importe quoi, notamment interdire toute contestation politique. Nous en avions déjà eu la preuve avec l’interdiction des manifestations lors de la COP21, les perquisitions et arrestations, puis lors de la répression pendant le mouvement contre la loi travail. Sans oublier toutes les Zad, les manifestations de soutien au peuple palestinien, aux sans-papiers etc...

On pourrait également faire allusion à Katia Lipovoï qui avait été violemment arrêtée lorsqu’elle s’opposait à l’abatage d’arbres à Poitiers. Rappelons également que la lutte du peuple Kurde qui lutte à la fois contre le terrorisme et les politiques de leurs pays et dont la principale organisation, le PKK est toujours classé comme organisation terroriste. Rappelons aussi qu’Angela Davis qui luttait contre le racisme était fichée parmi les 10 personnes les plus dangereuses selon le FBI... Ce fut également le cas de Nelson Mandela jusqu’en 2008.

Malgré tout ça on voudrait encore nous faire croire que la violence est du côté des opposants !

Passer une loi sur une notion aussi floue que la radicalisation, c’est permettre à l’état d’arrêter tous ceux qui s’opposent à ses lois, quel que soit leurs bords, leurs opinions, leurs pratiques politiques, bref, c’est nier et empêcher l’existence même du débat démocratique.

Lors de ce conseil, les 4 élus d’ Osons Poitiers étaient les seuls à s’opposer à ce texte, approuvé et voté par le PCF jusqu’au FN.

Le débat n’a pas pu se faire, toutes critiques de notre part étant rejetées sous prétextes de lutte contre le terrorisme, ce qui est une preuve de plus, s’il en est, que dans l’état d’urgence, aucune opposition, même légitime, ne peut avoir lieu.

Face à nos remarques, Monsieur Claeys s’est lancé dans un concours de celui qui était e plus touché par les attentats, utilisant l’émotion comme seul argument, préférant discréditer les élus d’Osons plutôt que débattre sur la dangerosité du document. Contrairement à ce qui a été dit, nous avons toujours condamné les attentats de Daesh, nous n’avons jamais nié le terrorisme !

Cependant nous refusons l’amalgame fait ici entre terrorisme et radicalisation. Nous en avons profité pour rappeler que lorsque les féministes ont demandé le droit à la contraception et l’avortement, c’était contester l’ordre établi qui à l’époque refusait cela. etc....

Si le gouvernement et son bon élève Monsieur Claeys voulaient vraiment lutter contre le terrorisme, cela passerait par une autre politique internationale en arrêtant notamment les interventions de l’armée française au moyen-orient et en Afrique. Mais également par une politique nationale et locale avec plus de moyens humains comme des médiateurs, des éducateurs, des gardiens d’immeubles plutôt que de la vidéosurveillance, et du dialogue , de l’écoute plutôt que de nouvelles stigmatisations, et surtout mettre en œuvre une politique de solidarité et de sécurité sociale qui repose sur l’emploi, sur l’éducation, sur l’égalité de tous les citoyens, sur l’accueil des migrants !

C’est tout le contraire qui est fait, et cette dérive est un pas de plus vers le totalitarisme...

Voici en vidéo l’intervention de Christiane Fraysse, élue Osons Poitiers, lors du conseil municipal


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 254595

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communiqués, évènements, actions  Suivre la vie du site Osons Poitiers, écologique, sociale, solidaire et (...)   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 671