NPA 86

21 septembre, après cette étape, réussir la suite, converger !

jeudi 21 septembre 2017 par redac-npa86

800 à Châtellerault et environ 1250 personnes à Poitiers. La mobilisation contre les ordonnances Macron s’est affaiblie, numériquement, puisque le 12/09 environ 3500 personnes avaient manifesté dans la Vienne.

Toutefois, des possibilités existent. D’abord, ce n’est pas 1 mais 3 lycées qui étaient bloqués ce matin (Louis Armand, Victor Hugo et Mandela). La mobilisation n’a toujours pas pris à la Fac, mais une assemblée générale est d’ores et déjà prévue mardi prochain. La perspective d’un mouvement de jeunesse n’est pas morte, bien au contraire. Mais tout reste à faire, d’abord pour convaincre de lutter, mais aussi pour convaincre que la solution passera par des AGs, l’auto-organisation des lycéens et des étudiants, avec le soutien, l’aide et la participation des organisations mais en toute indépendance de ces dernières.

Le reste de la manifestation du jour était majoritairement CGT. Solidaires était bien présent et dynamique (mais avec un petit cortège). Quelques drapeaux CNT et FSU. Un cortège "Pas sans les jeunes !" - très petit - rassemblait des militants de la JC, de l’UNEF, du MJS, des Jeunes écolos et quelques jeunes Insoumis. Le NPA a à nouveau rassemblé 15/20 personnes (sur le long de la manifestation) derrière sa banderole "Nos vies valent plus que leurs profits !" et a distribué 500 tracts pour appeler à l’unité pour faire tomber Macron.

On peut noter également la belle et visible mobilisation des salarié-es de l’école du Planty à Buxerolles, avec une grosse participation dans l’école pour dénoncer le départ d’une collègue qui était en contrat aidé.

Enfin, en ce qui concerne la manifestation, rappelons que la mobilisation pour la relaxe "des 9" qui sont menacés par la justice après avoir été sur les rails avec l’ensemble de la manif en 2016 (contre la loi El-Khomri) continue. Une pétition circule (que nous allons mettre sur ce site dans les prochains jours).

Pour le reste, d’autres dates sont déjà dans le décor. Le 23, à l’appel de la France Insoumise, ne permettra malheureusement pas de développer la lutte puisque cette initiative isolée (bien que sans doute massive) ne cherche pas à rassembler les différentes sensibilités à égalité - et pour l’auto-organisation - mais bien à afficher le leadership de la FI et de Mélenchon à gauche. Le NPA sera toutefois présent à cette manifestation, notamment pour défendre l’idée de l’unité de notre classe, et l’objectif d’un plan de luttes radical - grève générale, reconduction de la grève, convergence, etc.

Dès le 25, une grève est appelée par les syndicats CGT et FO des transports routiers.

Le 28 septembre une manifestation des retraités aura aussi lieu. Il faut y participer puisque les enjeux sont majeurs. Les attaques sur les retraités sont tout simplement scandaleuses.

Le 30 - sans doute mais encore à déterminer - une manifestation aura lieu à Poitiers pour défendre le droit à l’avortement. C’est une manifestation de solidarité internationaliste pour les droits de femmes. Des initiatives du même genre auront lieu un peu partout en France et dans le monde.

Le 10 octobre, une grosse manifestation suite à l’appel à la grève de l’intersyndicale (au grand complet) de la fonction publique est organisée. Il s’agira très certainement d’un des temps forts de la mobilisation en cours contre le gouvernement Macron.

Le 11 octobre le NPA organise à Poitiers une réunion publique avec Christine Poupin (porte-parole du parti) afin de discuter de la mobilisation en cours, mais aussi d’avancer des réponses anticapitalistes.

On le voit bien, donc, ça bouge beaucoup, mais c’est très dispersé. Notre rôle est d’abord de réussir les initiatives - à voir si une nouvelle date intersyndicale est proposée. Mais il faut reconnaître plusieurs lacunes aux stratégies à l’œuvre. D’abord la division et la dispersion, qui n’aident pas à durcir le rapport de force. Ensuite l’incapacité des directions syndicales et politiques à s’accorder sur un objectif clair : le retrait des ordonnances. Mais comme les causes de la lutte sont multiples, un tel mot d’ordre sera nécessairement emmené à évoluer vers un mot d’ordre plus politique, c’est-à-dire vers la demande de la démission du gouvernement pour en finir avec les politiques d’austérité et le tout sécuritaire.

Quoi qu’il en soit, les militants et les militantes du NPA œuvrent et continueront d’œuvrer pour le rassemblement des forces qui se battent, qui résistent, qui subissent les attaques. C’est d’un "Tous Ensemble !" dont nous avons besoin. Construisons-le !


Portfolio

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 285748

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ils, Elles sont en lutte  Suivre la vie du site Pour d’autres raisons, mais ils, elles, le sont (en (...)   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1118