NPA 86

#MeToo dans la vraie vie, à Poitiers aussi !

mardi 24 octobre 2017 par redac-npa86

Appel à rassemblement unitaire, à Poitiers, à 11H samedi 28 octobre place du Marché, sur le parvis de l’église Notre-Dame.

L’événement facebook est ICI

Le texte de l’appel : Dans le sillage de l’affaire Weinstein, une vague de témoignages de femmes victimes de harcèlement ou d’agression sexuelles a déferlé sur les réseaux sociaux. Derrière les hashtags #MyHarveyWeinstein, #Balancetonporc ou encore #Metoo, des milliers de femmes ont brisé l’omerta.

La parole a commencé à se libérer, il ne faut pas que cette parole reste virtuelle : il faut nous rencontrer, nous mobiliser, en parler et être visibles, car la honte doit changer de camp !

Premiers signataires : Le Planning familial de la Vienne, Les ami-e-s des femmes de la libération, NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), ELIGe (collectif des étudiant-e-s pour la liberté des identités de genre), les Jeunes communistes de la Vienne, Ensemble !, la FSU 86, EELV Sud Vienne, le PG86, La France Insoumise 86.

Pour aller plus loin, lire ci-dessous une position sur le fond d’une militante du NPA

#MeToo : Construire un mouvement de masse contre les violences faites aux femmes

L’affaire Weinstein aura créé un véritable buzz médiatique qui en France est en train de se transformer pour devenir une initiative de rue et militante.

Nous en parlions la semaine dernière dans nos colonnes : les #BalanceTonPorc et #MeToo ont pris une ampleur importante sur les réseaux sociaux, permettant de faire prendre conscience du problème structurel des violences faites aux femmes et empêchant les hommes de fermer encore les yeux sur celles-ci.

De #Metoo à #Wetoogether

Cette visibilité, si elle ne pouvait être que bénéfique, manquait toutefois d’un caractère militant : comment passer d’une dénonciation individuelle à la construction d’une lutte collective ?

Cette transformation est en train de se faire, puisque des rassemblements sont appelés ou en train de l’être dans de nombreuses villes de France : Paris, Lyon, Montpellier, Nantes, Marseille. Si l’initiative est au départ individuelle, elle a rapidement trouvé un écho collectif et une dynamique militante est en train de se mettre en place : collage d’affiches, animation de la place de la République dimanche prochain.

Sur le modèle de ce qui avait été fait par les militantes italiennes de Non Una Di Meno (« Pas une de moins »), le mot d’ordre est #Wetoogether : contraction de « nous aussi » et « nous ensemble ». À moins d’un mois du 25 novembre, Journée internationale contre les violences faites aux femmes, il est possible et indispensable de construire un mouvement massif sur cette question qui a trouvé un écho à l’international ces dernières années (Argentine, Italie, Inde,…)

Des problèmes qu’il faut résoudre…

Si ces rassemblements sont très positifs et offrent enfin la possibilité de créer un mouvement qui sortirait des divisions du mouvement féministe, il nous faut pointer les problèmes qui, s’ils persistent, pourraient empêcher la construction d’un mouvement qui soit massif.

Le premier est le lien avec le mouvement féministe. Ce n’est pas un secret : ce mouvement est, en France, très divisé, avec d’un côté le mouvement féministe structuré issu des années 1970 et, de l’autre, des organisations radicales, et souvent l’impossibilité à agir ensemble (deux manifestations le 8 mars, par exemple). Mais cela n’en fait pas un mouvement inexistant, ni qu’il faudrait balayer d’un revers de la main. Ainsi le mouvement issu des années 1970, s’il s’est trop instutionnalisé, a des liens forts avec le mouvement ouvrier, notamment syndical, et mène un travail essentiel dans l’accueil de victimes de violences. D’ailleurs, dans certaines villes, ce sont ces cadres déjà existants qui appellent au rassemblement, comme à Marseille où le rassemblement est appelé par le collectif 13 Droit des Femmes.

Le deuxième problème, et pas des moindres, est le cloisonnement de l’organisation de ces rassemblements. Il est difficile de s’en emparer et de créer une dynamique réellement collective pour le moment, toutes les décisions sont prises par en haut avec des systèmes de référentEs pour à peu près toutes les questions. Pour construire un mouvement de masse qui soit collectif et durable, et non un mouement ponctuel initié d’en haut, il faut absolument développer des structures d’auto-organisation : assemblées générales, collectifs de quartiers, etc.

Enfin, le dernier problème est l’idée de rassemblement « apartisan », qui n’est pas la même chose que ce qu’on appelle mouvement autonome : autonome des organisations du mouvement ouvrier certes, mais évidemment pas autonome de la lutte des classes…

Ces trois problèmes doivent être résolus, en permettant l’unité du mouvement féministe autour des rassemblements du 29 octobre, avec en perspective la manifestation du 25 novembre, en favorisant l’auto-organisation et, enfin, en faisant le lien entre oppression des femmes et lutte des classes. Ainsi, nous pourrons vraiment dire « nous toutes ensemble ».

Mimosa Effe


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 263559

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ils, Elles sont en lutte  Suivre la vie du site Pour d’autres raisons, mais ils, elles, le sont (en (...)   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 185