NPA 86

Ceux qui nous ont mis dans la crise ne pourront jamais nous en sortir

jeudi 18 juin 2009 par redac-npa86

Communiqué de presse du NPA86 au sujet de la dernière vague de licenciements dans la Vienne

Les élections passées, les licenciements reprennent de plus belle. Les salariés de Fabris, d’Aubade, de Fenwick se retrouvent sur le carreau. Les licenciements dans les sous-traitants de l’automobile dans le Châtelleraudais viennent en partie seulement de la baisse de l’activité économique. Pour Aubade, à Saint Savin, c’est une pure délocalisation en période de crise.

On peut constater que les milliards d’euros existent pour combler les pertes des actionnaires (dont ceux des banques). Pourtant, ils disparaissent quand il s’agit d’augmenter les revenus des salariés, d’empêcher les licenciements, de renflouer le soit disant "trou de la Sécu" ou de promouvoir les Services publics par exemple.

L’exemple de Fabris est remarquable : ses deux principaux clients, Renault et PSA, ont touché 6 milliards d’aide publiques. Après avoir touché ces subventions, ils laissent à la rue les salariés de leurs sous-traitants.

Le NPA pense que les milliards doivent aller dans les poches des salariés qui en ont besoin pour satisfaire les besoins élémentaires. Eux les dépenseront dans les circuits de production et non pour créer une nouvelle bulle spéculative ou se goberger de bénéfices.

Toutes ces entreprises reçoivent des subventions directes ou sous forme d’exonération de la part des collectivités territoriales et de l’Etat. Les salariés et les élus doivent avoir accès aux comptes de ces entreprises pour savoir où passe l’argent. Les élus, notamment du Conseil Général et du Conseil Régional, doivent utiliser l’arme du remboursement des subventions qui ont été généreusement accordées soit-disant pour préserver l’emploi. Nous demandons l’ouverture des comptes.

Le NPA propose une interdiction pure et simple des licenciements, c’est à dire une nouvelle branche de la Sécurité sociale qui interdirait la rupture du contrat de travail, qui permettrait aux salariés de conserver la même rémunération, le même niveau de qualification, financé par une cotisation 100% patronale.

Pour le NPA86, l’urgence est de combattre le système capitaliste en imposant, dans l’unité, des mesures d’urgences sociales en prenant sur les bénéfices. Nous militons pour un mouvement d’ensemble de tous les salariés menacés ou en voie de l’être. Il s’agit d’affronter enfin le pouvoir patronal et politique.

Ceux qui nous ont mis dans la crise ne pourrons jamais nous en sortir.

Poitiers, le 18/06/2009


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 252521

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Communiqués, évènements, actions  Suivre la vie du site Communiqués NPA86   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 48