NPA 86

Le Brésil continue à lutter.

mercredi 4 décembre 2013 par redac-npa86

Article du journal "Prenons Parti" n°5.

Depuis 2003, la présidence du Brésil est assumée par Lula da Silva, du Parti des Travailleurs-PT. Un ancien syndicaliste, un « typique brésilienne », charismatique, qui aime le football et la « cachaça », mais surtout, il serait l’homme pour faire taire les syndicats, les mouvements sociaux, parce quà l’époque le gouvernement de droite de Fernando Henrique Cardoso traversait une grave crise.

Depuis, Lula a exécuté avec précision la tâche de gouverner pour la bourgeoisie et de donner des miettes aux travailleurs. "Le pays a dormi en paix."

Malgré de grandes attentes, en plus de 10 ans, rien n’a changé avec le PT. L’accumulation de mécontentements a explosé en Juin de cette année, avec d’énormes manifestations à travers le pays, avec pour motif initial la lutte contre l’augmentation des prix des transports en commun et contre la répression policière. Mais elles se sont étendues à d’autres revendications, comme : plus d’investissements pour la santé et l’éducation, contre la corruption et bien d’autres mesures historiques des mouvements sociaux. Toujours avec un gouvernement du PT, avec la première femme président, Dilma Rousseff : cette fois-ci, "Le géant se réveille."

Après de grandes manifestations en Juin, il y a eu deux grèves nationales. Bien que le Brésil n’ait pas la tradition de grèves nationales, on peut dire qu’elles étaient les plus grandes "grèves nationales" depuis les années 80, ce qui nous permet d’évaluer que le combat ne faisait que commencer.

En ce moment, beaucoup de catégories de travailleurs sont en grève dans tout le pays, en particulier les professionnels des secteurs de l’éducation et de la santé, et récemment le secteur des banques et des bureaux de poste. Divers gouvernements de l’Etat souffrent de fortes objections, y compris les Etats de Rio de Janeiro et São Paulo (les plus riches du Brésil). De nombreuses universités sont occupées par les étudiants, exigeant plus de démocratie et une meilleure structuration. La lutte pour les transports gratuits continue avec des victoires en cours dans plusieurs villes. La lutte contre la privatisation du pétrole brésilien, mais aussi la non-adoption de la loi qui élargit l’externalisation des travailleurs brésiliens.

Les travailleurs et les étudiants Brésiliens vivent une autre étape de la lutte des classes, très différente d’il y a quelques mois et veulent créer une alternative de gauche dans le pays.

Le Brésil continuera de se réveiller ! Dans la lutte pour une société gouvernée par les travailleurs et les jeunes !

Augusto Nobre.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 279333

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos publications  Suivre la vie du site Documents   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 24