NPA 86

La violence de la lutte des classes...

mercredi 7 octobre 2015 par redac-npa86
JPEG - 23.7 ko

Un petit article concernant les "violences" à Air France, pour remettre un certain nombre de principes sur la table.

Car ce qui dérange les différents partis condamnant la violence des salariés d’Air France, et les médias dominants, ce n’est pas la violence en tant que telle, c’est la violence contre un patron, un grand de ce monde, un puissant, un intouchable. Sinon, pourquoi ne pas faire autant de bruit sur les violences faites aux femmes, sur les violences policières (plusieurs meurtres, dont Rémi Fraisse il y a un an), sur les violences des patrons ?

Pour notre part, nous soutenons les salariés d’Air France, et pensons que l’ensemble des salariés du pays doivent se mettre en mouvement, en grève, répondre par la lutte à la violence capitaliste.

On nous parle à longueur de temps de l’insécurité en laissant présager que cette insécurité est le fruit des jeunes, des banlieues, des syndicalistes... des pauvres en quelques sortes. En fait, cette volonté résulte d’une politique réactionnaire.

Les possédants, qui exploitent aujourd’hui en temps de crise comme ils ne l’ont jamais fait, ont besoin de nous diviser pour continuer à jouir de leur pouvoir et de leurs richesses. Pour ce faire, ils utilisent toutes formes d’astuces : racisme, sexisme, homophobie, mépris social pour 100€ d’écart entre différents salaires, novlangue (partenaires sociaux, lynchage pour une chemise arrachée)...

Les Pinçont-Charlot (sociologues), à travers des faits concrets, montrent que la plus grande violence vient des riches et même, plus globalement, du système capitaliste.

Ils voyagent notamment dans les Ardennes, département miné par la dé-industrialisation qui voit le chômage, la misère et... le racisme se développer à grand pas. Or, ce que les sociologues démontrent, c’est que les responsables du chômage et de la misère ne sont pas les immigrés mais les patrons et ceux qui les représentent : l’UMP, le MEDEF, le PS, les centristes, mais aussi le FN...

D’autres exemples de violences des riches existent, comme dans les tribunaux, les visites de lycéens de quartiers populaires dans les quartiers luxueux : cette fois-là pour mettre en évidence la violence symbolique qu’exercent les riches sur les autres (costumes, voitures, villas, vocabulaire...).

Extraits d’un entretien des Pinçon-Charlot pour le journal l’Anticapitaliste :

Pourquoi ce titre la Violence des riches  ? Quels en sont les différents aspects  ?

Nous avons voulu faire la synthèse des différentes formes de violence qu’exercent les familles les plus riches de notre pays. La violence, ce n’est pas seulement les agressions physiques mais tous les moyens utilisés pour maintenir les uns dans le besoin et l’incertitude, les autres dans la richesse. D’abord la violence économique, avec la mise au chômage pour des raisons de spéculation financière de millions de personnes. Ensuite, la violence politique, idéologique, qui manipule la pensée.

Elle s’accompagne de l’utilisation d’une langue de bois particulièrement perverse qui travestit la réalité  : on peut parler d’escroquerie linguistique quand on parle par exemple de «  partenaires sociaux  ». Des chiffres sont assénés en permanence comme justification des politiques sans que les Français aient les moyens de juger de leur pertinence. Il y a la violence de l’espace  : les classes populaires et les classes moyennes inférieures sont reléguées à la périphérie des villes.

On n’est plus dans une lutte des classes au grand jour comme avant  ; on est passé à une guerre de classes avec des formes de violence multiformes, visibles et invisibles. Les salariés ordinaires sont présentés comme une charge pour leur employeur, des bénéficiaires d’avantages nuisibles pour la compétitivité. Les chômeurs, eux, sont des parasites, des paresseux, des fraudeurs. L’immigré est érigé en bouc émissaire. Cela conduit à des formes de tétanisation des classes populaires, une perte de repère, voire une incapacité à penser le changement.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 279333

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos publications  Suivre la vie du site Documents   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 5