NPA 86

Philippe Poutou sur la mobilisation sociale et le traitement médiatique

jeudi 26 mai 2016 par redac-npa86

Salut à toutes et tous,

Comme ils sont sensibles les médias ! Voilà qu’ils multiplient les reportages se souciant des problèmes de ravitaillement en essence. Rendez-vous compte, les gens ont des heures d’attente devant les stations. Mais comment vont-ils pouvoir travailler ? Et les jeunes comment vont-ils assister à leurs cours ou passer leurs examens ? C’est pareil pour Valls qui se préoccupe depuis peu des citoyens qui ne peuvent plus se déplacer, ça le révolte même. Qui l’aurait cru ?

Médias, gouvernement et politiciens de droite ou d’extrême droite se font inhabituellement les protecteurs des faibles, ça en est touchant. Les voilà en guerre contre les injustices et pour la démocratie, ils s’en prennent aux responsables de ces difficultés supplémentaires imposées à des millions de gens, à cette "minorité" de grévistes, de syndicalistes qui se permettent de bloquer un pays, de prendre la population en otage. Non mais, c’est quand même pas le peuple qui décide.

En réalité quelle supercherie ! Jamais les médias ne s’intéressent aux plus fragiles, jamais d’ailleurs ils ne leur donnent la parole sauf pour les faire râler contre leurs semblables. Quand a-t’on vu des reportages sur les chômeurs ou travailleurs pauvres qui ne peuvent pas mettre de l’essence dans leur véhicule parce que sans argent ? Combien de reportage pour dénoncer les suppressions de lignes de chemin de fer ou insister sur l’absence de transports en commun permettant aux gens précaires de se déplacer ?

On le sait tous, le mépris social est quotidien. Mais avec le durcissement du mouvement on a droit en plus à la haine de classe, à une sorte de délire des élites, des fortunés et de leurs larbins. Ceux qui se succèdent à la télé (par exemple) disent n’importe quoi : ils parlent de chienlit, de prise d’otages, de chaos, de manœuvres de la Cgt sans jamais prendre en compte la colère sociale qui s’exprime, sans jamais prendre en compte le ras le bol d’une société de plus en plus injuste. Les discours haineux, les discours de panique que nous entendons sont ceux de privilégiés qui flippent.

C’est bien la lutte de classes qu’ils ont devant leurs yeux mais une lutte de classes qui se joue enfin à deux, avec le camp des exploités qui riposte. C’est sûr, ça surprend les privilégiés persuadés que la révolte c’est du passé. Alors ils crient, ils insultent, ils méprisent encore plus fort parce que quelque part ils ont peur que les choses changent. Oui vraiment, le mouvement est sur la bonne voie ! Cela doit s’amplifier, se radicaliser encore.

Philippe


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 291257

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Elections  Suivre la vie du site « Présidentielle 2017 »   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 213